Pékin connaissait depuis début janvier la gravité de l’épidémie de coronavirus

ChineUn document interne publié par des médias officiels révèle que Xi Jinping était très tôt au courant de l’ampleur de l’épidémie.

Le président Xi Jinping lors d’une visite du centre de contrôle et de prévention des maladies de Pékin, lundi passé.
«Course contre le temps, combat contre le virus», peut-on lire sur le mur au-dessus du cœur rouge.

Le président Xi Jinping lors d’une visite du centre de contrôle et de prévention des maladies de Pékin, lundi passé. «Course contre le temps, combat contre le virus», peut-on lire sur le mur au-dessus du cœur rouge. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On pensait que le 20 janvier resterait dans les mémoires comme un tournant pour le pouvoir chinois, décidé à lancer «la bataille contre l’épidémie» de coronavirus lors de la première déclaration publique du président chinois à ce sujet. Xi Jinping indiquait que le virus devait être «résolument enrayé», alors qu’il se propageait pour la première fois au-delà des frontières du Hubei, berceau de l’épidémie. Samedi, «Qiushi», un bihebdomadaire publié par le Parti communiste chinois (PCC), a réécrit le scénario et modifié les rôles et les responsabilités de chacun.

Dans son article, le média officiel rapporte qu’une réunion du comité permanent du Politburo, qui réunit les sept personnages clés de l’appareil politique chinois, dont Xi jinping, avait eu lieu dès le 7 janvier pour traiter de l’avancée du virus. À cette date, la Chine est loin d’imaginer qu’elle s’apprête à vivre la plus grave crise sanitaire de son histoire récente, mettant des dizaines de millions de citoyens à l’isolement forcé. Les informations liées au coronavirus sont encore publiées au compte-goutte. Quelques jours avant, le 31 décembre, les autorités de la Municipalité de Wuhan confirmaient les premiers cas d’un nouveau virus, semblable au SRAS de 2003.

À l’occasion de cette réunion, le président Xi martèle qu’il faut «contrôler et prévenir» l’avancée de l’épidémie, signe que les hautes sphères du PCC sont au fait de son ampleur. Difficile de comprendre pourquoi «Qiushi», une publication émanant directement du Parti, a décidé de publier ce discours qui met en cause la mauvaise gestion de la crise sanitaire. Car jusqu’ici les critiques se dirigeaient vers les autorités de la ville de Wuhan et de la province du Hubei.

Boucs émissaires

Accusés d’avoir tardé à réagir et débordés par la propagation du virus, les officiels locaux subissent les foudres de la population, couplées à celles de Pékin qui décide de sanctionner des boucs émissaires tout trouvés. La semaine dernière, les deux principaux chefs de la province sont remerciés et remplacés par deux hommes de confiance de Xi Jinping, démontrant son implication dans cette crise sanitaire, devenue le défi majeur de sa présidence, et coupant court à toute rumeur. En effet, à partir du 28 janvier et pendant une semaine, le visage du président le plus puissant des dernières décennies a étrangement disparu des médias officiels, soulevant des interrogations à la tête de l’État.

L’article de «Qiushi» peut s’expliquer par une reprise en main du récit par Pékin, remettant le rôle omniscient de Xi au cœur de l’histoire après sa disparition momentanée. Mais c’est un jeu dangereux qui place sur les épaules du président et du Parti la responsabilité de cette crise, alors que le crédit du gouvernement central a été déjà bien entamé auprès de sa population, enragée par la multiplication des scandales sanitaires.

Ce coronavirus pourrait surtout remettre en cause le contrat tacite passé entre les Chinois et leurs autorités: un blanc-seing donné à ce régime autoritaire en échange d’un enrichissement personnel longtemps assuré par des décennies de croissance à deux chiffres. Mais en 2019 le PIB chinois a progressé de 6,1% seulement. La mort, le 6 février, du DrLi, qui a lancé l’alerte, a provoqué une indignation populaire rarement observée depuis l’arrivée de Xi au pouvoir en 2012.

Dans la foulée, les réseaux sociaux s’embrasaient de colère à l’encontre du pouvoir communiste. Outre les publications demandant la liberté d’expression, les Chinois remettaient directement en cause la légitimité de ce régime autoritaire, opaque et accusé d’avoir bâillonné ce médecin ordinaire devenu martyr. «Nous savons très bien que ce ne sont pas les chauves-souris qui nous tuent», s’écriait un internaute, en référence au mammifère suspecté d’avoir passé le virus à l’homme. Depuis, la censure a nettoyé les commentaires relatifs au DrLi, mais ce nouveau développement pourrait raviver sa mémoire et la grogne de la population chinoise envers ses dirigeants.

Créé: 16.02.2020, 20h18

Articles en relation

La Chine se remet au travail malgré la peur du coronavirus

Épidémie La pause du Nouvel-An finie, les salariés regagnent bureaux et usines. L’économie montre d’inquiétants signes d’essoufflement. Plus...

Coronavirus: l’aéroport informe les voyageurs arrivés de Chine

Genève Trois vols hebdomadaires relient Genève à Pékin. Depuis hier, des mesures d’information sont prises. Plus...

A Wuhan, un hôpital de 1400 lits est sorti de terre en dix jours

Chine À l'épicentre du coronavirus, un établissement d'urgence a été construit en un temps record pour faire face à l’afflux de patients. Un deuxième devrait être inauguré dans la semaine. Plus...

Cinq Suisses évacués de Chine resteront en quarantaine

Coronavirus Deux cent cinquante personnes, dont cinq Suisses, ont atterri dimanche sur la base militaire d’Istres (F) et sont à l’isolement. Plus...

Des vols directs continuent de relier Genève et la Chine

Coronavirus À contre-courant, Air China maintient ses liaisons entre Genève et Pékin, malgré l’épidémie. Plus...

Les Suisses sont sortis

La quarantaine des cinq Suisses et de leurs trois proches chinois, rapatriés de la région de Wuhan en France, s’est terminée comme prévu samedi à minuit. Aucun n’a contracté le coronavirus.

Six d’entre eux sont bien rentrés en Suisse dimanche grâce à un bus affrété par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Il s’agit de quatre Suisses et de deux accompagnants chinois, a précisé Georg Farago, porte-parole du DFAE. Les deux autres personnes ont décliné l’offre des autorités suisses, affirmant vouloir rentrer par leurs propres moyens. Georg Farago n’a par conséquent pas été en mesure d’indiquer leur localisation.

Les huit personnes avaient été rapatriées de la région de Wuhan, épicentre de l’épidémie du coronavirus, par les autorités françaises et mises en quarantaine le 2février à Aix-en-Provence. Durant leur séjour en France, elles ont été accompagnées par l’équipe du consulat de Marseille et ont pu communiquer sans problème avec leurs proches, a précisé le porte-parole du DFAE. ATS

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...