Passer au contenu principal

Les peintures bucoliques d'Hitler font un bide

Une série de tableaux réalisés par Adolf Hitler n'a pas trouvé preneur samedi lors d'une vente controversée en Allemagne.

Cinq tableaux attribués à Hitler n'ont finalement pas trouvé preneur samedi lors d'une vente aux enchères controversée. Elle a été marquée en amont par la saisie de plusieurs toiles à l'authenticité douteuse.

Ces peintures de paysages bucoliques mises en vente par la maison Weidler pourront toutefois «être cédées à une date ultérieure», a précisé cette dernière dans un court communiqué. La maison ne s'est pas exprimée sur les raisons de cet échec. Mais les prix de départs élevés, entre 19'000 et 45'000 euros (entre 21'000 et 51'000 francs), conjugués aux suspicions entourant l'enchère, étaient propres à échauder les acheteurs potentiels.

Mercredi encore, 26 pièces supplémentaires étaient en effet dans le catalogue de vente. Mais elles ont été saisies jeudi par les autorités, ainsi que 37 autres, en raison de doutes sur leur authenticité malgré les signatures «A. H.» ou «A. Hitler».

Enquête coopérative

Toutes les pièces, saisies ou non, proviennent de 23 propriétaires différents, selon la maison de vente, qui se défend de toute irrégularité et a souligné coopérer avec la police et le parquet. «Nous menons une enquête au parquet de Nuremberg sur des soupçons de falsification et de tentatives de fraude», a indiqué pour sa part la procureure générale Antje Gabriels-Gorsolke.

«S'il s'avère que ce sont des faux, nous vérifierons qui dans la chaîne de possession savait quoi», a prévenu la procureure. Certaines oeuvres étaient accompagnées de certificats d'authenticité mais ils pourraient avoir aussi été falsifiés. La maison Weidler a assuré que les vérifications en cours sur les 63 oeuvres remises à la police «ne veulent pas automatiquement dire qu'il s'agit de faux».

Les ventes aux enchères d'oeuvres d'Hitler font régulièrement polémique en Allemagne, où la reconnaissance des crimes du nazisme est une part centrale de l'identité nationale. Des collectionneurs, généralement étrangers, étant prêts à dépenser des sommes importantes pour posséder un artefact du dictateur ou d'autres dignitaires nazis, des ventes ont régulièrement lieu en Allemagne.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.