À peine libéré, Lula s'en prend à Bolsonaro

BrésilApparu en forme pour son premier meeting, l'ancien président veut s'ériger comme l'adversaire principal de Jair Bolsonaro.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour sa première journée de liberté, l'ex-président brésilien de gauche Lula a harangué plus d'un millier de sympathisants samedi près de Sao Paulo, attaquant violemment le président Jair Bolsonaro qui l'avait traité de «canaille».

C'est un Luiz Inacio da Silva vociférant, souvent rouge de colère, qui s'en est pris violemment au président d'extrême droite, moins de 24 heures après sa sortie de prison. «Jair Bolsonaro a été élu démocratiquement (en 2018), mais pour gouverner pour le peuple brésilien, et non pour les miliciens de Rio de Janeiro», a hurlé Lula sous les vivats de militants vêtus de rouge.

Il faisait référence à la mort sous les balles en mars 2018 de la conseillère noire de Rio Marielle Franco, un assassinat encore non élucidé mais pour lequel les milices de Rio ont été pointées du doigt. «Je suis de retour!», a également lancé un Lula furieux à Sergio Moro qui l'avait condamné pour corruption.

«Ce n'est pas un juge, c'est une canaille», a-t-il ajouté au sujet de celui dont l'impartialité a été contestée par des fuites et qui est devenu le ministre de la Justice de Jair Bolsonaro. Emprisonné en avril 2018 pour huit ans et dix mois pour avoir touché des pots de vin, Lula a été libéré vendredi à la faveur d'un arrêt de la Cour suprême permettant l'élargissement de près de 5000 détenus, qui a outré la droite.

L'ancien syndicaliste a donné des embrassades émues à de nombreux proches, des militants et même des journalistes à son arrivée au siège du syndicat des métallos de Sao Bernardo do Campo, dans la périphérique de Sao Paulo, où il a livré tant de combats. C'est aussi là qu'il s'était retranché deux jours durant en avril 2018, protégé par une immense foule de sympathisants, avant de se livrer aux autorités et d'être conduit à Curitiba (sud).

«Un pays polarisé»

Loin de paraître affecté par ses 580 jours d'emprisonnement, bien au contraire, le chef charismatique de la gauche âgé de 74 ans était remonté à bloc, retrouvant ses accents de tribun devant une foule conquise, au milieu de drapeaux rouges, de statues et de portraits géants de lui.

Sortant de son silence samedi matin, Jair Bolsonaro avait demandé sur Twitter aux Brésiliens de «ne pas donner de munitions à la canaille» Lula, «qui est momentanément libre, mais chargé de culpabilité». Cette première passe d'armes donne la tonalité du combat politique qui s'annonce, dans un pays menacé d'une polarisation encore plus grande après la libération de Lula.

Dès sa sortie de prison vendredi, le fondateur du Parti des Travailleurs (PT) avait annoncé, le poing levé devant ses partisans en liesse, vouloir parcourir le pays et «continuer à lutter pour le peuple brésilien». Selon l'institut IBGE, quelque 13,5 millions de Brésiliens vivaient dans une extrême pauvreté en 2018, soit le chiffre le plus élevé en sept ans.

«Cette folie dans le pays»

Dans une vidéo postée sur Twitter samedi matin, Lula s'est dit «libre pour contribuer à libérer le Brésil de cette folie qui se déroule en ce moment dans le pays». «Il faut s'occuper de l'éducation, de l'emploi, des salaires, de la culture, du plaisir et de la joie», a-t-il expliqué.

Le taux d'approbation du gouvernement Bolsonaro est en chute libre dans les sondages depuis son entrée en fonction en janvier tandis que l'économie stagne toujours. Le septuagénaire Lula s'est également efforcé de paraître assez vigoureux pour mener d'âpres combats: «Je suis un très jeune homme. J'ai l'énergie d'un trentenaire», a-t-il assuré.

Vendredi, celui qui s'apprête à épouser une femme 22 ans plus jeune que lui, était apparu dans une vidéo soulevant des haltères et courant sur un tapis dans sa prison. Plusieurs milliers de manifestants ont protesté samedi à Sao Paulo contre l'arrêt de la Cour suprême qui a permis la libération de Lula.

Ce défilé se tenait dans plus de 70 villes à l'appel de l'organisation Vem Pra Rua (VPR), très active en 2016 dans les protestations qui ont conduit à la destitution de la présidente de gauche, Dilma Rousseff. Aux cris de «Lula voleur», les manifestants ont défendu le ministre de la Justice, Sergio Moro. Il est représenté par ses partisans comme un symbole de la lutte contre la corruption dans le cadre de la campagne «Lavage express». (afp/nxp)

Créé: 10.11.2019, 03h14

Lula exprime sa «solidarité» avec les gouvernements de gauche sud-américains

L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a exprimé samedi sa «solidarité» avec les gouvernements de gauche de la région et a demandé au président américain Donald Trump de s'occuper de ses affaires, dans un discours prononcé le lendemain de sa libération de prison. Lula avait reçu vendredi de très nombreuses marques de soutien de la part des dirigeants latino-américains de gauche après sa remise en liberté.

Galerie photo

Brésil: Luiz Inacio Lula accusé de corruption

Brésil: Luiz Inacio Lula accusé de corruption L'ancien président brésilien a dû faire face à la justice dans une affaire de vaste réseau de corruption orchestré par des entreprises du bâtiment.

Articles en relation

Bolsonaro : ne donnez pas de «munitions» à Lula

Brésil Le président brésilien fustige son rival Lula, qui s'est dit déterminé à «lutter pour son peuple» après sa sortie de prison. Plus...

L'ex-président brésilien Lula est sorti de prison

Brésil Remis en liberté par la justice vendredi, Lula a promis de «continuer à lutter» pour le peuple brésilien.. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...