Passer au contenu principal

Santé publiquePays en développement: trop d'antibios aux enfants

Le recours fréquent aux antibiotiques pour soigner les plus jeunes dans les pays à faible revenu est perçu comme une menace pour la planète.

Consommer trop d'antibiotiques détruit la flore intestinale naturelle, ce qui détériore le système immunitaire.
Consommer trop d'antibiotiques détruit la flore intestinale naturelle, ce qui détériore le système immunitaire.
Photo d'illustration, Keystone

Les antibiotiques sont prescrits cinq fois plus pour les enfants de moins de 5 ans dans les pays à revenu faible et moyen que dans les pays à revenu élevé, révèle une nouvelle étude. C'est inquiétant, relève l'Institut tropical et de santé publique suisse.

Ces prescriptions excessives pourraient augmenter la résistance aux antibiotiques dans le monde entier, souligne Swiss TPH vendredi. Selon l'Organisation mondiale de la santé, la résistance aux antimicrobiens est désormais l'une des «plus grandes menaces pour la santé et le développement dans le monde».

Selon cette étude, les enfants se sont vu prescrire des antibiotiques en moyenne 25 fois de la naissance à l'âge de 5 ans. Or deux prescriptions d'antibiotiques par an sont déjà considérées comme excessives dans de nombreux pays à revenu élevé, car «la grande majorité des infections dans ce groupe d'âge sont virales», explique Valérie D'Acremont, co-auteure de l'étude.

«Pas nécessaires»

De plus, bon nombre des médicaments prescrits jusqu'à l'âge de 5 ans ne sont «pas nécessaires». Ils ont pour résultat que «les enfants sont moins capables de combattre eux-mêmes les agents pathogènes».

«Si les antibiotiques sont utilisés trop souvent, cela détruit la flore intestinale naturelle, qui joue un rôle central dans la lutte contre les agents pathogènes et le renforcement du système immunitaire.» Ce qui nuit aux enfants, selon Valérie D'Acremont.

L'étude a été réalisée conjointement par le Swiss TPH et Harvard T.H. Chan School of Public Health. Les données, collectées entre 2007 et 2017, proviennent d'établissements de santé et d'enquêtes menées auprès de ménages dans 8 pays (Haïti, Kenya, Malawi, Namibie, Népal, Sénégal, Tanzanie et Ouganda).

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.