Le patriarcat orthodoxe de Moscou donne de la voix dans les rues de Kiev

UkraineUne procession du patriarcat orthodoxe de Moscou en Ukraine a été vécue comme une provocation à Kiev.

La procession des dignitaires orthodoxes russes a été ressentie par les Ukrainiens comme une provocation.

La procession des dignitaires orthodoxes russes a été ressentie par les Ukrainiens comme une provocation. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«En ce lieu saint, nous nous rappelons le baptême de Kiev, pierre d’angle de notre histoire. La paix et l’unité doivent continuer de régner sur nos terres chrétiennes.» Au pied de la statue de Saint-Volodymyr, surplombant le fleuve Dnipro, la voix du Métropolite Onuphre, représentant du patriarcat orthodoxe de Moscou en Ukraine, accompagne les chants et prières de milliers de pèlerins.

Brandissant leurs icônes bien haut, les robes longues, le front perlé de sueur sous leurs voiles, quelques femmes âgées ne peuvent retenir leurs sanglots. La journée de célébration à Kiev est la consécration d’une longue marche éprouvante, et controversée. La veille, en banlieue de Kiev, des pèlerins s’étaient fait accueillir avec des œufs, des slogans nationalistes et des insultes. «Si vous voulez vraiment prier pour la paix, allez directement à Moscou», leur avait-on crié.

Symbole fort

Pour le patriarcat de Moscou, historiquement très implanté en Ukraine, le symbole était fort. Deux colonnes de pèlerins étaient parties de deux des trois monastères consacrés comme lieux de pèlerinage que l’Eglise compte en Ukraine: Sviatogorsk à l’est et Potchaïv à l’ouest. Sous un soleil torride, prêtres, femmes, enfants, personnes âgées avaient marché plus de deux semaines vers Kiev, où se trouve le troisième monastère d’importance du patriarcat; la Lavra de Pechersk. Pour les autorités religieuses, il s’agissait d’une marche pour la paix dans le Donbass. Une paix qui passerait par le rétablissement de relations cordiales avec la Russie.

Autant dire que l’initiative a été vite perçue comme une provocation par les autorités et de nombreux observateurs, à commencer par les mouvances nationalistes. Le patriarcat est depuis longtemps dénoncé comme un instrument d’influence du Kremlin. Mettant en avant le risque représenté par cette «marche du FSB» (les services secrets russes), plusieurs groupes nationalistes avaient ainsi tenté d’établir des barrages aux entrées de Kiev. Si la police les en a empêchés, les responsables avaient revendiqué «le droit d’intervenir en cas de déstabilisation».

6000 policiers

C’est donc encadrées par un dispositif de sécurité inédit, mobilisant plus de 6000 policiers, que se sont déroulées les célébrations religieuses, sans violence notable. «Cette marche a été utilisée avec succès comme une manifestation de soft power», analyse le politologue Serhiy Gadaï.

Une telle célébration ne dissimule néanmoins pas la «position précaire» du patriarcat de Moscou en Ukraine, comme l’explique le théologien Ihor Semivolos. Le patriarcat, accusé de sympathies séparatistes, a été destitué de nombreuses paroisses à travers le pays, dans certains cas par la force.

Les Eglises concurrentes, notamment le Patriarcat de Kiev et les Gréco- catholiques, rappellent régulièrement des contentieux historiques, comme la complicité des Orthodoxes de Moscou avec les Soviétiques anticléricaux, ou encore le transfert de certains trésors religieux en Russie.

A ce titre, les demandes se font de plus en plus pressantes auprès de l’Exécutif à Kiev pour retirer les trois Lavra des mains du Patriarcat de Moscou et les transférer à celui de Kiev. Ces perspectives restent hypothétiques. Nul doute cependant que la «marche de la paix» a servi de démonstration de force du patriarcat de Moscou, voire d’avertissement.

Créé: 27.07.2016, 22h17

Articles en relation

Sept soldats tués dans l'Est séparatiste

Ukraine En 24 heures, des combats entre prorusses et forces gouvernementales ont fait plusieurs victimes. Plus...

L'armée essuie ses pires pertes depuis début 2016

Ukraine Ces dernières 24 heures, sept soldats ukrainiens ont été tués. Neuf autres ont été blessés. Plus...

L'OSCE s'alarme des violations du cessez-le-feu

Ukraine L'OSCE a également dénoncé des «attaques» visant des personnels et du matériel de sa mission d'observation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...