Passer au contenu principal

Le Parlement libyen rompt les relations avec Ankara

Acquis au maréchal Khalifa Haftar, les députés libyens ont sanctionné samedi le soutien de la Turquie aux forces du GNA.

Le Parlement libyen, qui ne reconnaît pas la légitimité du Gouvernement d'union nationale (GNA) établi à Tripoli, a voté samedi la rupture des relations avec la Turquie, selon un porte-parole. Cette décision fait suite à un récent accord militaire conclu entre Ankara et le GNA.

Deux accords

Le Parlement a également demandé à ce que le chef du GNA -reconnu par la communauté internationale- Fayez al-Sarraj soit jugé pour «haute trahison». Elu en 2014, le Parlement est un allié du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen qui a lancé en avril une offensive contre le GNA.

Lors d'une session «urgente» à Benghazi (est), le Parlement «a voté à l'unanimité la rupture des relations avec la Turquie», a déclaré son porte-parole, Abdallah Bleheq. Il a aussi approuvé «l'annulation des mémorandums de sécurité et de coopération militaire (...) entre le gouvernement» de Fayez al-Sarraj et Ankara, a-t-il ajouté.

Fin novembre, le GNA avait signé deux accords avec la Turquie. L'un porte sur la coopération militaire et l'aide que la Turquie pourrait apporter au GNA dans sa lutte contre les troupes du maréchal Haftar.

Le second permet à la Turquie de faire valoir des droits sur de vastes zones en Méditerranée orientale riches en hydrocarbures, au grand dam de la Grèce, de l'Egypte, de Chypre et d'Israël. Et le Parlement turc a voté jeudi une motion permettant au président Recep Tayyip Erdogan d'envoyer des militaires en Libye pour soutenir le GNA.

«Haute trahison»

«Le chef du GNA, ses ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur (...) doivent être jugés pour haute trahison et pour avoir ramené le colonialisme» en Libye, a dit le porte-parole.

Abdallah Bleheq a indiqué que le Parlement avait aussi voté «l'abrogation» de l'accord de Skhirat (Maroc, en 2015), qui a donné naissance au GNA. Il a appelé les Etats et organisations internationales à «retirer leur reconnaissance au GNA».

Il était difficile de vérifier le nombre de députés présents lors de la session de samedi de source indépendante. Des médias pro-GNA ont estimé pour leur part que le quorum n'était pas atteint.

Le Parlement est aujourd'hui affaibli par des divisions après le départ d'une quarantaine de députés anti-Haftar pour Tripoli. Le GNA et le maréchal Haftar se disputent le pouvoir depuis plusieurs années en Libye, pays qui s'est enfoncé dans le chaos après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.