Passer au contenu principal

Paris veut aider Athènes à renvoyer les déboutés

Des vols franco-grecs pourront être organisés avec le concours de l'Agence de protection des frontières européennes, Frontex, pour reconduire les requérants d'asile non admis.

Laurent Nuñez.
Laurent Nuñez.
AFP

La France a proposé son aide lundi à la Grèce pour «faciliter les reconduites» dans leur pays d'origine des déboutés du droit d'asile, a indiqué le secrétaire d'Etat français à l'Intérieur, Laurent Nuñez, en visite à Athènes.

Soulignant la «solidarité» française envers la Grèce, première porte d'entrée des migrants en Europe en 2019, Laurent Nuñez a confirmé que la France accueillerait à l'été prochain 400 demandeurs d'asile «surtout des familles en grande vulnérabilité» se trouvant actuellement en Grèce.

«Nous allons étudier avec nos amis grecs la possibilité d'organiser des vols groupés pour faciliter les reconduites de personnes qui ne sont pas en besoin de protection dans leurs pays», a également déclaré le secrétaire d'Etat, à l'issue d'entretiens avec Georges Koumoutsakos, ministre adjoint grec à l'Immigration et l'Asile.

Ces vols franco-grecs pourront être organisés avec «le concours de Frontex», l'Agence de protection des frontières européennes, a-t-il ajouté. Avec «notre ambassade à Athènes, nous allons aider la Grèce à obtenir des autorisations de reconduite (...) notamment des laissez-passer consulaires qui sont parfois difficiles à obtenir» à la faveur des «relations privilégiées» de la France avec «certains pays», a précisé Laurent Nuñez. Il s'agirait surtout de pays africains, selon une source grecque proche du dossier.

Du renfort français

Laurent Nuñez a aussi annoncé l'envoi en Grèce de 24 experts français pour aider le gouvernement grec à traiter le flot de demandes d'asile. Le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis a durci l'octroi de l'asile et insisté sur le rapatriement des déboutés de l'asile, une question critiquée par de nombreuses ONG de défense des migrants.

La France avait annoncé mi-décembre qu'elle accueillerait 400 demandeurs d'asile. M. Nuñez a parlé d'«une mesure ponctuelle» pour répondre à une situation «d'urgence» en Grèce.

Outre la France, le Portugal s'est dit prêt à partager le fardeau migratoire en acceptant de relocaliser 1000 demandeurs d'asile.

Athènes ne cesse de demander «plus de solidarité» européenne sur cette question après une hausse importante des arrivées sur son territoire et la détérioration des conditions de vie dans les camps surpeuplés de migrants.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.