Paris impose une écotaxe sur les billets d'avion

ClimatLa France veut mettre en place une taxe de 1,50 à 18 euros sur les vols au départ de son territoire dès 2020.

La taxe sera valable au départ de tous les aéroports français.

La taxe sera valable au départ de tous les aéroports français. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La France a annoncé mardi la mise en place dès 2020 d'une écotaxe de 1,50 à 18 euros sur les billets d'avion, rejoignant ainsi la démarche d'une poignée de pays européens. La mesure devrait rapporter annuellement, à partir de 2020, 180 millions d'euros, qui seront consacrés à des investissements dans des infrastructures de transports plus écologiques, notamment le ferroviaire.

Cette taxe qui ne s'appliquera qu'aux vols au départ de France et non à ceux à l'arrivée, sera de 1,50 euro en classe économique pour les vols intérieurs et intra-européens, de neuf euros pour ces vols en classe affaire, de trois euros pour les vols en classe éco hors Union européenne et de 18 euros pour ces vols en classe affaire. Elle ne concernera pas les vols en correspondance ainsi que ceux vers l'île méditerranéenne de Corse et les Outre-Mer, qui dépendent de ces liaisons pour ne pas être trop isolés.

Toutes les compagnies concernées

La taxe s'appliquera à toutes les compagnies aériennes : «Il n'est pas question que notre pavillon national s'en trouve désavantagé», a expliqué la ministre des Transports Elisabeth Borne, à l'issue d'un Conseil de défense écologique.

La piste d'une taxe sur le kérosène avait été envisagée, mais le gouvernement a renvoyé ce sujet «à l'échelle européenne». «Depuis des mois s'exprime un sentiment d'injustice chez nos concitoyens sur la fiscalité du transport aérien. La France s'est engagée sur la voie de la taxation du transport aérien mais il y a urgence», a dit Mme Borne. «Aussi, nous avons décidé, comme d'autre pays, de mettre en oeuvre une écocontribution progressive».

Selon Andrew Murphy, un expert de l'aviation au sein de l'ONG Transport & Environment (T&E, Bruxelles), qui milite notamment pour imposer des taxes en Europe sur le kérosène, l'écotaxe française n'est en effet «pas unique» sur le continent européen. Le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie, la Suède et la Norvège en sont déjà dotés.

C'est de Suède qu'est d'ailleurs venu le mouvement «flygskam» («honte de prendre l'avion»). Depuis quelques mois, l'aviation est sous le feu des critiques avec des appels au boycott.

«Compagnies asphyxiées»

Selon des chiffres de l'Agence européenne de l'environnement, les émissions de dioxyde de carbone (CO2) de l'aviation dépassent largement, avec 285 grammes par passager-kilomètre, celles des autres modes de transport.

Pour le «Réseau Action Climat», fédérant des associations luttant contre le changement climatique, «une fois tous ses effets pris en compte» - CO2, traînées de condensation, oxydes d'azote, etc. - le transport aérien «est responsable de 5% du réchauffement climatique». Andrew Murphy doute néanmoins qu'«une taxe de 18 euros dissuade quiconque de prendre l'avion». Mais «la bonne nouvelle est que les revenus iront aux investissements dans un transport durable», remarque-t-il.

L'écotaxe a en revanche été vigoureusement dénoncée par le secteur du transport aérien, à commencer par la compagnie nationale Air France, qui a qualifié la décision gouvernementale d'«incompréhensible» et d'«extrêmement pénalisante».

«Le gouvernement vient d'annoncer brutalement et sans concertation aucune, la levée d'une nouvelle taxe sur les compagnies aériennes -déjà asphyxiées par les taxes- au profit notamment du ferroviaire, qui est déjà très largement subventionné», a également déploré le Syndicat des compagnies aériennes autonomes (Scara).

De son côté, le président de l'Union des aéroports français (UAF) Thomas Juin a qualifié la mesure de «non-sens économique et environnemental».

Le président Emmanuel Macron s'est fait le chantre de la lutte contre le réchauffement climatique dans les sommets internationaux mais, en France, les ONG lui reprochent souvent un discours volontariste qui ne se traduit pas dans les faits.

En juin, les experts indépendants du Haut conseil pour le climat (HCC) qu'il a lui-même établi, ont ainsi jugé que, malgré des «objectifs ambitieux», les actions engagées par le gouvernement étaient «insuffisantes». (afp/nxp)

Créé: 09.07.2019, 12h57

Articles en relation

Même régionale, l’écotaxe divise encore la France

Poids lourds Des élus d’Ile-de-France et du Nord ne veulent pas laisser tomber la taxe. Marine Le Pen, les routiers et les Bretons font barrage. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

)6 nouveaux projets en faveur des piétons et des cyclistes
Plus...