Incidents sporadiques lors du cortège à Paris

FranceDes affrontements ont eu lieu à Paris lors du défilé de la Fête du travail entre des forces de police et des «black blocs».

Plus de 7400 policiers et gendarmes sont déployés dans la capitale française.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le traditionnel cortège du 1er mai se déroulait mercredi à Paris dans une ambiance tendue et des nuages de gaz lacrymogène. Des incidents sporadiques se sont produits entre militants radicaux et policiers, déployés en force en raison des craintes de violences.

Plus de 150'000 personnes manifestaient dans toute la France, dont 16'000 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur, pour marquer la «Fête du travail», à l'appel des syndicats et des «gilets jaunes», en rébellion depuis plus de cinq mois contre la politique du gouvernement. Dans la capitale, 40'000 personnes ont défilé selon un comptage réalisé pour un collectif de médias, tandis que le syndicat CGT annonçait 80'000 manifestants.

Les plus de 200 rassemblements à travers le pays se tenaient globalement dans le calme. L'atmosphère est vite devenue orageuse à Paris où la police a chargé et tiré des grenades lacrymogènes à plusieurs reprises pour disperser des centaines de «blacks blocs» -- militants anticapitalistes et antifascistes vêtus de noir et masqués. Les policiers ont également essuyé des jets de projectiles. Un policier a aussi été filmé en train de jeter un pavé sur la foule.

Les premières tensions ont éclaté dès la mi-journée autour du restaurant La Rotonde, un symbole du pouvoir depuis qu'Emmanuel Macron y a célébré sa qualification au second tour de l'élection présidentielle en 2017.

7400 policiers déployés à Paris

Barricadé de planches de bois, l'établissement était protégé par des dizaines de membres des forces de l'ordre pour éviter qu'il ne soit attaqué comme l'avait été le Fouquet's sur les Champs-Elysées le 16 mars, lors d'une journée de manifestation des gilets jaunes avec déjà la présence de nombreux «black blocs».

Plus de 7400 policiers et gendarmes ont été déployés dans la capitale pour faire barrage aux quelque «1000 à 2000 activistes radicaux» attendus par les autorités. S'appuyant sur une récente loi «anti-casseurs» qui a fait polémique, le président Macron a réclamé que la réponse à ces «black blocs» soit «extrêmement ferme» en cas de violences, après des appels sur les réseaux sociaux à transformer Paris en «capitale de l'émeute».

L'an dernier déjà, 1200 militants radicaux avaient perturbé la manifestation parisienne, marquée par de violents heurts. Des commerces avaient été dégradés ou incendiés, des véhicules brûlés.

Pour tenter de prévenir les violences, les forces de l'ordre ont interpellé quelque 200 personnes et procédé à plus de 12'000 contrôles préventifs, fouillant sacs et véhicules, selon le parquet de Paris. Le quartier de la Concorde et des Champs-Elysées, où sont situés le palais présidentiel et l'Assemblée nationale, était totalement bouclé.

Syndicaliste pris à partie

Coincés entre «blacks blocs» et «gilets jaunes», les syndicats ont eu des difficultés à faire entendre leurs revendications ces derniers mois. Ils tablent sur cette journée de mobilisation pour regagner en visibilité. Mais leur cortège a été perturbés par les échauffourés entre police et black blocs.

Le secrétaire général de la CGT, l'un des principaux syndicats du pays, Philippe Martinez, a ainsi été contraint de quitter momentanément la tête du défilé après avoir été pris à partie par des radicaux, a constaté un journaliste de l'AFP. A son retour, il s'est plaint devant les journalistes d'avoir été victime de gaz lacrymogènes lancés par la police.

«Situation de jamais-vu»

L'an dernier, les manifestations avaient rassemblé 210'000 personnes en France selon les syndicats, 143'500 selon le gouvernement.

Malgré des appels à la «convergence» des luttes lancés par des responsables syndicaux ou politiques dans tout le pays, gilets jaunes et autres manifestants n'ont pas toujours défilé côte à côte.

A Marseille, le dirigeant de la gauche radicale française, Jean-Luc Mélenchon, a estimé que la France se trouvait dans une «situation de jamais-vu» après 24 semaines de mouvement des «gilets jaunes», et que la «solution» passait par des «convergences populaires». (afp/nxp)

Créé: 01.05.2019, 17h43

Galerie photo

La colère noire des «gilets jaunes»

La colère noire des «gilets jaunes» Quelques manifestants se sont rassemblés ce samedi en fin de matinée devant l'ONU.

Articles en relation

La Fête du travail célèbre la grève des femmes

Suisse En ce mercredi 1er mai, des milliers de personnes devraient manifester en Suisse lors de la Fête du travail. Plus...

Un 1er Mai à hauts risques pour Emmanuel Macron

France Cette année encore, des débordements sont redoutés à l’occasion du traditionnel défilé de la Fête du travail le 1er Mai. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...