Passer au contenu principal

Paris et Berlin dénoncent les arrestations à Moscou

Au lendemain de l'arrestation de plus de 800 opposants dans la capitale moscovite, la France et l'Allemagne rappellent à la Russie ses «obligations internationales».

Vidéo: arrestations lors d’une manifestation d’opposition à Moscou

La France et l'Allemagne ont dénoncé dimanche les arrestations de manifestants de l'opposition à Moscou et l'usage, jugé disproportionné, de la force pour réprimer ce mouvement. Les deux pays appellent Moscou à libérer les personnes détenues.

Dans un communiqué, le ministère français des affaires étrangères «condamne les interpellations», ainsi que «l'usage manifestement excessif de la force qui les a entourées». Paris «rappelle son attachement à la liberté d'expression dans toutes ses composantes, y compris celle de manifester pacifiquement et de participer à des élections libres et transparentes.»

Le ministère qualifie de «pacifiques» les manifestations organisées samedi dans la capitale russe et dans d'autres villes du pays. Il «appelle la Russie à libérer sans délai les personnes incarcérées ces derniers jours et à se conformer aux engagements auxquels elle a souscrit en tant que membre de l'OSCE et du Conseil de l'Europe».

«Ingérences répétées»

De son côté, le gouvernement allemand a estimé que la Russie avait «violé» ses «obligations internationales» pour des «élections libres et équitables», en raison de l'arrestation de plus de 800 manifestants samedi à Moscou. Ces arrestations étaient «disproportionnées, vu la nature pacifique des protestations contre l'exclusion de candidats indépendants» pour les élections municipales à Moscou le mois prochain, souligne un communiqué officiel.

Berlin condamne «les ingérences répétées dans le droit garanti aux rassemblements pacifiques et à la liberté d'expression», qui «violent les obligations internationales de la Russie et remettent fortement en question le droit à des élections libres et équitables».

L'Allemagne appelle la Russie à «protéger efficacement les droits fondamentaux de ses citoyens». Elle demande «la libération rapide de tous les manifestants pacifiques». Lundi dernier, Berlin avait déjà appelé Moscou à libérer 1400 manifestants arrêtés au cours d'une manifestation le weekend précédent.

Enquête pour «blanchiment»

Selon l'ONG russe OVD-Info, spécialisée dans le suivi des arrestations, et la police, 828 personnes ont été interpellées samedi à Moscou lors de cette manifestation non autorisée, qui réclamait l'ouverture des élections locales du 8 septembre à Moscou aux candidats de l'opposition.

Les autorités russes ont aussi accentué leur pression sur l'opposition. Elles ont lancé une enquête pour «blanchiment» contre l'organisation de l'opposant Alexéi Navalny, le Fonds de lutte contre la corruption. M. Navalny purge actuellement une peine de 30 jours de prison.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.