Paris: alerte aux «zombies du métro»

FranceLes salariés et les usages des transports publics ne supportent plus les fumeurs de crack qui sévissent dans certaines stations.

Image: Archive/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La présence des forces de l'ordre dans le métro de Paris va être «renforcée» pour lutter contre le trafic de drogue, a annoncé la Régie autonome des transports parisiens (RATP) à l'issue d'une réunion avec des syndicats.

Syndicats, policiers et magistrats étaient réunis vendredi à Paris pour évoquer le phénomène des fumeurs de crack dans le métro parisien, qui pousse parfois des conducteurs de rames à ne pas s'arrêter en station et inquiète des usagers.

Un problème récurrent

Les équipes d'agents de sécurité de la RATP et de policiers seront davantage présentes sur les lignes les plus sensibles et bénéficieront d'une «présence régulière d'unités de forces mobiles» dans les stations «prioritaires», ont annoncé dans un communiqué commun la RATP, la préfecture de police de Paris, la préfecture d'Ile-de-France (région parisienne) et le parquet de Paris.

Le phénomène des fumeurs de cracks dans le métro, qui se concentre surtout dans certaines stations du nord de la capitale, est visible depuis plusieurs années.

«Les zombies du métro», titrait vendredi en une Le Parisien. Le quotidien décrit les scènes de junkies allumant leur pipe à crack sur le quai sous les yeux ébahis et effrayés des usagers, et évoque des conducteurs de trains qui ne marquent parfois plus d'arrêt à certaines stations.

«Chocs psychologiques»

«Les salariés et les usagers sont excédés, exaspérés et n'en peuvent plus», s'était ému vendredi le syndicat CGT dans un communiqué. Le syndicat dénonce une «situation qui perdure depuis de nombreuses années» et qui «a pris une ampleur très importante», avec «de nombreux toxicomanes consommateurs de crack et d'héroïne» sur la ligne 12, entraînant notamment «agressions» et «chocs psychologiques».

La semaine dernière, un autre syndicat, Unsa, majoritaire à la RATP, avait dénoncé l'insécurité dans le métro due au trafic de drogue et aux «toxicomanes souvent agressifs et dangereux».

La situation dans le métro sera aussi «prise en compte dans le Plan stups 2018 piloté par la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) de Paris» pour démanteler les réseaux, affirme le communiqué publié vendredi à l'issue de la réunion.

Des centaines d'arrestations

«Pour améliorer l'efficacité de ces actions», le parquet de Paris va créer un Groupe local de traitement de la délinquance (GLTD), «placé sous l'autorité du procureur de Paris, dont l'objectif sera de traiter le problème des stupéfiants dans les transports», selon le communiqué.

Les actions déjà mises en place ont permis, de janvier 2016 à décembre 2017, de traiter «plus de 400 affaires liées à ce trafic de stupéfiants» et «conduit à l'interpellation de 283 vendeurs et 406 consommateurs». (afp/nxp)

Créé: 19.01.2018, 19h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...