Paradis fiscaux: l'appel du 1er ministre polonais

Union européenneMateusz Morawiecki, reconduit à son poste après les législatives d'octobre, a appelé mardi Bruxelles à supprimer les paradis fiscaux.

Mateusz Morawiecki a prononcé mardi son discours de politique générale devant le Parlement. (19 novembre 2019)

Mateusz Morawiecki a prononcé mardi son discours de politique générale devant le Parlement. (19 novembre 2019) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Premier ministre polonais de droite, Mateusz Morawiecki, a appelé mardi l'UE à supprimer les paradis fiscaux qui, selon lui, coûtent des milliards d'euros chaque année, dans un discours de politique générale prononcé devant le Parlement.

Les multinationales «évitent de payer les impôts depuis des années» et les paradis fiscaux «doivent être fermés», a déclaré Mateusz Morawiecki reconduit à son poste après les législatives d'octobre remportées par les conservateurs de Droite et Justice (PiS).

Mardi soir, Mateusz Morawiecki a obtenu le vote de confiance pour son gouvernement avec 237 votes favorables (sur 460 députés) et 214 contre. Trois députés se sont abstenus.

«L'Union européenne perd 150 milliards sur l'impôt sur les sociétés et ne voit pas cet éléphant dans le salon», a déclaré le Premier ministre dans son discours précédent le vote. Les plus grandes et les plus riches entreprises mondiales devraient payer des impôts là où elles gagnent des revenus, a estimé cet ancien banquier. «L'autre éléphant dans le salon représente 150 milliards d'euros en TVA perdue», a-t-il ajouté, sans toutefois donner des détails.

Poursuivre les réformes de justice controversées

Mateusz Morawiecki a également indiqué vouloir maintenir le taux de croissance de l'économie polonaise au moins deux à trois points de pourcentage au-dessus de celui de la zone euro.

Selon l'agence Moody's, le PIB polonais devrait croître cette année de 4,4%, puis de 3,7% l'an prochain, alors que la Commission européenne a revu début novembre à la baisse ses prévisions de croissance pour la même période, respectivement à 1,1% du PIB et 1,2%.

Le chef du gouvernement polonais a également promis de poursuivre les réformes de justice controversées. Ces réformes ont provoqué un conflit avec Bruxelles qui y voit une menace pour l'indépendance de la Justice. Mardi la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a remis en question un volet important de ces réformes.

Protéger l'Otan

Le Premier ministre polonais a également une nouvelle fois condamné les dirigeants «remettant en question» l'Otan, affirmant qu'ils «affaiblissaient notre sécurité et menaçaient l'Union européenne et l'Otan», dans une allusion au président français Emmanuel Macron qui a estimé récemment que l'Otan était en état de «mort cérébrale».

Mateusz Morawiecki a également promis de poursuivre les réformes sociales et la politique des aides sociales qui ont valu aux conservateurs leur victoires aux législatives en 2015 et en octobre. (afp/nxp)

Créé: 20.11.2019, 00h41

Articles en relation

Les conservateurs restent aux commandes

Pologne La victoire électorale des conservateurs populistes polonais devrait leur permettre de continuer leurs réformes, souvent controversées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...