Le pape appelle à «sauver le mariage»

GéorgieFrançois évoque une «colonisation idéologique» et dénonce une «guerre mondiale» contre l'union entre un homme et une femme.

Le pape était en déplacement à Tbilissi.

Le pape était en déplacement à Tbilissi. Image: Alessandro Bianchi/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le pape François a dénoncé samedi à Tbilissi une «guerre mondiale» en cours contre le mariage, devant des prêtres et catholiques géorgiens.

Répondant aux interrogations exprimées devant lui par une mère de famille, Irina, le pape a expliqué combien il était indispensable de défendre le mariage, «la plus belle chose que Dieu ait créée».

S'exprimant devant quelques dizaines de représentants de la petite communauté catholique géorgienne, très minoritaire dans la Géorgie orthodoxe, le pape argentin a alors évoqué «une guerre mondiale pour détruire le mariage». Elle ne se fait pas avec des armes, mais «avec des idées», a-t-il affirmé, évoquant une «colonisation idéologique».

«L'homme et la femme qui ne font qu'une seule chair sont l'image de Dieu», et «il faut tout faire pour sauver le mariage», a-t-il insisté. «Quand on divorce, on salit l'image de Dieu», a-t-il encore dit.

Divorce

Revenant sur les difficultés des couples mariés, souvent tentés par la séparation, le pape les a encouragés à se quereller autant qu'ils le veulent, «c'est une chose normale», mais à se réconcilier ensuite dans la même journée.

Car, a-t-il souligné, «la guerre froide du jour d'après est très dangereuse». Et si la tentation de l'adultère devait survenir, «vous devez demander tout de suite de l'aide», a-t-il encore dit.

Le pape François est arrivé vendredi en Géorgie, première étape d'un court séjour dans le Caucase, qui doit le conduire dimanche en Azerbaïdjan.

Tolérance envers les orthodoxes

Le pape François a appelé la petite communauté catholique de Géorgie à serrer les rangs et à se montrer ouverte vis-à-vis de la majorité orthodoxe. Des tensions perdurent entre les deux églises chrétiennes.

Que faire vis-à-vis des orthodoxes ?, s'est interrogé le pape devant des prêtres, séminaristes et représentants catholiques géorgiens qui l'interrogeaient en ce sens. «Etre ouvert, être ami», a-t-il recommandé au second jour de son court séjour dans le Caucase, trois mois après sa visite en Arménie.

«Marcher ensemble»

«On ne doit jamais faire de prosélytisme avec les orthodoxes», a lancé François. «Ce sont nos frères et nos sœurs, je ne peux pas les condamner», a-t-il insisté appelant les catholiques à «être amis, à marcher ensemble».

«Nous sommes une petite église et nous faisons chaque jour l'expérience de la minorité», avait déclaré plus tôt devant le pape, Mgr Giuseppe Pasotto, évêque catholique géorgien. «Et parfois, c'est vraiment dur !», avait-il dit.

Vous devez «être solides dans votre foi», a répondu le pape, et pour cela il faut avoir «la mémoire du passé, le courage dans le présent et l'espoir dans l'avenir», a souligné le Saint-Père.

«Petit troupeau»

Plus tôt dans la matinée, Jorge Bergoglio a dit apporter «consolation» à ce «petit troupeau» de catholiques géorgiens, lors d'une messe en plein air dans un grand stade de Tbilissi.

«La consolation dont nous avons besoin, au milieu des événements tumultueux de la vie, est vraiment la présence de Dieu dans notre cœur», a lancé le pape devant une foule clairsemée mais fervente, rassemblée dans le stade Meskhi sous un beau soleil d'automne.

Tensions

La délégation officielle orthodoxe a toutefois décliné l'invitation qui lui avait été faite de participer à cette messe, signe des tensions qui existent toujours entre les deux communautés.

La communauté catholique de Géorgie, l'un des plus anciens pays chrétiens aujourd'hui orthodoxe à 85%, se sent parfois à l'étroit ou en butte à l'hostilité de certains orthodoxes. Quelques dizaines de manifestants s'étaient rassemblés vendredi devant l'aéroport de la capitale géorgienne pour exprimer leur opposition à la visite du chef de l'Eglise catholique en terre orthodoxe.

Du baume au cœur

Beaucoup de fidèles présents samedi ont aussi dit leur espoir que cette visite apporte la paix dans cette région, en proie à des tensions continuelles.

Le pape n'a toutefois pas fait référence dans son homélie à la situation dans le Caucase, mais vendredi devant le président géorgien Giorgi Margvelashvi, il avait rappelé la nécessité de la «coexistence entre tous les peuples et les Etats de la région».

Samedi après-midi, le pape s'est également rendu auprès des organisations caritatives catholiques œuvrant en Géorgie, pour rendre hommage à leur travail et à leur simplicité, dont il a rappelé qu'elle était au cœur du message de l'église. (afp/ats/nxp)

Créé: 01.10.2016, 15h26

Articles en relation

Le pape dénonce ceux qui préfèrent la guerre

Colombie Les Colombiens doivent ratifier par référendum l'accord de paix dimanche. Plus...

Le pape dans le Caucase sur le chemin de la paix

Catholicisme François commence vendredi un séjour en Géorgie et en Azerbaïdjan pour porter un message de réconciliation. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...