Passer au contenu principal

NicaraguaL'opposition appelle à des manifestations

Les opposants appellent à manifester pour demander la libération des centaines de détenus promise par le gouvernement.

L'opposition nicaraguayenne a annoncé mardi la formation d'une large «Coalition nationale» pour affronter le parti du président Daniel Ortega aux élections de 2021. (Mercredi 26 février 2020)
L'opposition nicaraguayenne a annoncé mardi la formation d'une large «Coalition nationale» pour affronter le parti du président Daniel Ortega aux élections de 2021. (Mercredi 26 février 2020)
Keystone
La Suisse demande au Nicaragua d'arrêter d'intimider et d'attaquer les défenseurs des droits humains, après l'assassinat récent de trois ex-manifestants. (Mardi 10 septembre 2019)
La Suisse demande au Nicaragua d'arrêter d'intimider et d'attaquer les défenseurs des droits humains, après l'assassinat récent de trois ex-manifestants. (Mardi 10 septembre 2019)
Un manifestant brandit une arme artisanale à Masaya. (Lundi 28 mai 2018)
Un manifestant brandit une arme artisanale à Masaya. (Lundi 28 mai 2018)
AFP
1 / 89

Un bloc de l'opposition nicaraguayenne a appelé vendredi ses sympathisants à «continuer à se mobiliser» pour réclamer au gouvernement du président Daniel Ortega la remise en liberté de centaines de détenus, considérés comme des prisonniers politiques.

«Sortons tous, là où nous sommes» pour organiser samedi des «piquets de grève» pour réclamer la libération rapide des détenus ayant participé aux manifestations antigouvernementales, a dit lors d'une conférence de presse Violeta Granera, du bloc Unité nationale bleue et blanche (UNAB).

UNAB est une coalition regroupant plus de 40 groupes sociaux et politiques d'opposition, dont l'Alliance civique pour la justice et la démocratie (ACJD) qui négocie actuellement avec le gouvernement pour mettre fin à la crise qui secoue le Nicaragua depuis onze mois.

Désaccord sur les chiffres

Lors de négociations vendredi, le gouvernement et l'Alliance sont convenus que le processus de libération de ces prisonniers commencerait par une «conciliation» de trois listes de détenus, selon un communiqué conjoint diffusé par la présidence.

Selon une liste établie par la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH), un organe autonome de l'Organisation des Etats américains (OEA), 647 opposants sont emprisonnés au Nicaragua depuis cette date. Le gouvernement évoque 350 prisonniers, tandis qu'un comité de familles de détenus avance le chiffre de 807.

Au cours de ce processus, les conditions de détention seront modifiées conformément aux normes établies par les Nations unies pour le traitement des prisonniers, ajoute le communiqué.

Répression

Mercredi, le gouvernement avait finalement cédé aux exigences de l'opposition en annonçant qu'il procèderait sous trois mois à la libération de tous les opposants détenus depuis avril 2018, date des premières manifestations antigouvernementales, sans toutefois en préciser le nombre.

L'actuel appel à manifester intervient une semaine après la répression violente d'une manifestation par la police à Managua. Plus d'une centaine de protestataires avaient été détenus pendant des heures. La police interdit toute forme de manifestation depuis septembre 2018. «Toutes les mobilisations sont volontaires et il y a plusieurs formes de désobéissance et de protestation» à utiliser «jusqu'à la fin de la dictature», a dit Mme Granera.

Après avoir dirigé le pays de 1979 à 1990 à l'issue de la révolution sandiniste, Daniel Ortega est revenu au pouvoir en 2007. Les opposants accusent l'ex-guérillero d'avoir instauré une dictature. Ils réclament son départ et celui de la vice-présidente, son épouse Rosario Murillo. Le chef de l'Etat dénonce une tentative de putsch de l'opposition avec le soutien de l'Eglise et de Washington.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.