Une opposante syrienne et sa fille tuées à Istanbul

Turquie Aroubeh Barakat, connue pour son activisme contre la famille Assad, et sa fille de 22 ans Halla ont été retrouvées mortes par la police jeudi.

La famille des deux femmes estime que leur mort pourrait être liée aux activités d'opposition d'Aroubeh Barakat. (Vendredi 22 septembre 2017)

La famille des deux femmes estime que leur mort pourrait être liée aux activités d'opposition d'Aroubeh Barakat. (Vendredi 22 septembre 2017) Image: Twitter/@ZaherSalmeh

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une militante syrienne de l'opposition et sa fille journaliste ont été retrouvées mortes, poignardées à leur domicile à Istanbul, ont rapporté vendredi les médias turcs, les proches des deux victimes dénonçant un «assassinat».

Les corps sans vie d'Aroubeh Barakat, âgée de 60 ans, et de sa fille Halla Barakat, 22 ans, ont été retrouvés jeudi soir par des policiers qui avaient été alertés par des proches inquiets de ne pas arriver à les joindre, selon les agences de presse Anadolu et Dogan.

Les deux femmes sont mortes après avoir reçu des coups de poignard au cou, a indiqué Dogan, ajoutant que les policiers n'avaient relevé aucun signe d'entrée par effraction dans l'appartement situé à Usküdar, un district situé sur la rive asiatique d'Istanbul.

«Un assassinat atroce»

Les corps des deux femmes ont été retrouvés allongés côte à côte et les enquêteurs n'ont relevé dans l'immédiat aucun signe indiquant que des objets avaient disparu, selon Dogan. La soeur d'Aroubeh Barakat, Shaza, a confirmé leur mort sur Facebook, déclarant que les deux femmes avaient été «assassinées par les mains de l'injustice et de la tyrannie».

D'après la même source, Aroubeh Barakat s'était opposée dès les années 1980 au pouvoir syrien, d'abord à Hafez al-Assad, puis à son fils Bachar, qui lui a succédé en 2000. La famille des deux femmes estime que leur mort pourrait être liée aux activités d'opposition d'Aroubeh Barakat, a indiqué sur Facebook un activiste syrien, Rami Jarrah.

La Coalition nationale de l'opposition syrienne, basée à Istanbul, a rendu hommage aux deux femmes et dénoncé «un assassinat atroce» qu'il a imputé à «la main du terrorisme et de la tyrannie», une allusion au régime d'Assad.

Riyad Hijab, coordinateur du Haut Comité syrien pour les Négociations (HCN), a pour sa part affirmé sur Twitter que «le meurtrier (...) ne parviendra pas à ses fins». «Nous demandons qu'il soit arrêté et poursuivi en justice».

«Tristesse»

Dans la soirée, le Département d'Etat américain a dit la «tristesse» des Etats-Unis après ces assassinats et assuré que Washington «suivrait l'enquête avec attention», Hala Barakat ayant la nationalité américaine.

La jeune journaliste travaillait pour le site d'information Orient News, et avait également été employée par la chaîne anglophone de la télévision publique turque (TRT).

Depuis le début du conflit en Syrie, en mars 2011, près de trois millions de Syriens, dont de nombreux opposants au président Bachar el-Assad, ont trouvé refuge en Turquie. De nombreux opposants et journalistes syriens réfugiés en Turquie ont fait état de menaces de mort à leur encontre.

En 2015, deux journalistes syriens originaires de la ville de Raqa, bastion du groupe Etat islamique dans le nord de la Syrie, avaient été égorgés dans le sud de la Turquie. (ats/nxp)

Créé: 22.09.2017, 17h50

Galerie photo

Syrie: le groupe Etat islamique sous pression

Syrie: le groupe Etat islamique sous pression Le pouvoir a repris les principales villes du pays et le groupe Etat islamique doit faire face à une offensive sur plusieurs fronts.

Articles en relation

A l'attaque des dernières poches djihadistes

Raqa Les combats continuent à Raqa, en Syrie, pour réduire les dernières poches de résistance du groupe Etat islamique. Plus...

Un djihadiste français remis à Paris par Ankara

France Un djihadiste, français capturé en Syrie a été transféré en France avec sa femme et ses deux enfants le 11 septembre. Plus...

Le journaliste expulsé de Turquie est arrivé à Paris

France Emprisonné depuis 51 jours en Turquie, le reporter français Loup Bureau a été libéré. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...