Réseaux sociaux: l'UE menace de réguler

FacebookMark Zuckerberg, le dirigeant et fondateur de Facebook, était à Bruxelles lundi pour aborder les problèmes de régulation des réseaux sociaux.

Mark Zuckerberg a rendez-vous avec la vice-présidente de la Commission européenne en charge du numérique.

Mark Zuckerberg a rendez-vous avec la vice-présidente de la Commission européenne en charge du numérique. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Commissaire européen à l'Industrie, Thierry Breton, a mis en garde lundi les plateformes contre des «mesures contraignantes» si elles ne s'autorégulent pas sur les contenus haineux, illicites ou les fakenews.

L'ancien ministre français de l'Economie s'exprimait après avoir rencontré à Bruxelles le patron du plus grand réseau social Facebook, Mark Zuckerberg. M. Breton a indiqué avoir eu un «très bon dialogue» avec ce dernier.

La visite à Bruxelles du fondateur du plus grand réseau social, qui détient également Instagram et Whatsapp, survient quatre semaines après celle du patron d'Alphabet, maison mère de Google, Sundar Pichai, qui avait appelé l'UE à une «approche proportionnée» pour réglementer l'intelligence artificielle.

«Besoin de régulation»

La Commission européenne a entamé une «enquête préliminaire» à l'encontre de Google et de Facebook, afin de savoir comment ils collectent les données personnelles de leurs utilisateurs et à quelles fins.

Dans une tribune, parue lundi dans le quotidien des affaires britannique Financial Times, Mark Zuckerberg souligne que «les géants de la tech ont besoin de plus de régulation».

«Je ne pense pas que les entreprises privées devraient prendre seules autant de décisions lorsqu'elles touchent aux valeurs démocratiques fondamentales», écrit-il. Et de rappeler que l'année dernière, il a «appelé à une réglementation dans quatre domaines : les élections, les contenus préjudiciables, la vie privée et la portabilité des données».

De son côté, le commissaire Breton a affirmé, dans un entretien au quotidien français les Echos de lundi que «les grandes plateformes ne peuvent pas continuer à vivre en disant nous sommes un simple réseau de télécommunications . Ce monde-là a vécu.» «Chacun doit prendre ses responsabilités quant aux propos et contenus qui s'échangent en ligne. Cela s'est fait jusqu'à présent sur la base de codes de conduite et d'approches volontaires des grands acteurs», a-t-il ajouté.

«Vu l'ampleur prise par certaines dérives et les risques pour la démocratie, il faut une approche plus contraignante et spécifique. Nous allons la bâtir sans acrimonie mais avec responsabilité. Cela fera l'objet du Digital Services Act (grande législation sur les services numériques, ndlr) que nous préparons pour la fin de l'année», a-t-il ajouté. (afp/nxp)

Créé: 17.02.2020, 18h19

Articles en relation

Le roi des fake news qui se joue des conservateurs

Etats-Unis Un Américain s'amuse à berner les internautes de droite en écrivant des articles de désinformation sur ses huit sites internet et ses cinq pages Facebook. Plus...

Facebook reporte son appli de rencontre

Europe Le groupe américain veut s'assurer que sa nouvelle application ne pose pas de problème concernant le traitement des données personnelles. Plus...

Vie privée: Facebook dans le viseur au Canada

Amérique du Nord Une procédure en justice contre Facebook pour violation de la vie privée a été engagée jeudi au Canada. Plus...

Facebook continue d'attirer les internautes

Résultats Le réseau social de Mark Zuckerberg, bien que critiqué, a vu son chiffre d'affaires bondir au quatrième trimestre. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...