Passer au contenu principal

Mondial 2014Onze manifestants arrêtés à Curitiba

La police brésilienne a arrêté 11 personnes et tiré des balles en caoutchouc pour disperser une manifestation anti-Mondial lundi soir à Curitiba (sud-est), a indiqué la presse locale.

La police militaire de Rio a empêché dimanche soir quelque 200 manifestants, dont des Blacks Bloc masqués, de s'approcher du stade Maracana.
La police militaire de Rio a empêché dimanche soir quelque 200 manifestants, dont des Blacks Bloc masqués, de s'approcher du stade Maracana.
Keystone
La police militaire de Rio a empêché dimanche soir quelque 200 manifestants, dont des Blacks Bloc masqués, de s'approcher du stade Maracana.
La police militaire de Rio a empêché dimanche soir quelque 200 manifestants, dont des Blacks Bloc masqués, de s'approcher du stade Maracana.
AFP
A Sao Paulo, la police a dispersé en début de soirée, avec des gaz lacrymogènes, un groupe de manifestants qui avaient enflammé des barricades.  (15 mai 2014)
A Sao Paulo, la police a dispersé en début de soirée, avec des gaz lacrymogènes, un groupe de manifestants qui avaient enflammé des barricades. (15 mai 2014)
Keystone
1 / 27

Le rassemblement a eu lieu en marge du match Iran-Nigeria (0-0).

Quelque 200 manifestants se sont rassemblés au centre-ville dans l'après-midi. Ils ont commencé à marcher en direction du stade Arena da Baixada lorsqu'ils ont été bloqués par la police, a rapporté le site d'informations G1.

Les protestataires, qui comptaient dans leurs rangs plusieurs jeunes anarchistes masqués, ont alors perturbé la circulation de plusieurs rues avec des poubelles incendiées avant de s'éparpiller progressivement. Un peu plus tard, quelques manifestants radicaux sont revenus vers le centre où ils ont détérioré plusieurs vitrines de banques avant d'être dispersés à coups de balles en caoutchouc.

Fronde sociale

A Natal (nord), où le Ghana affrontait les Etats-Unis lundi soir, quelque 300 militants anti-Mondial ont également manifesté dans le centre-ville, bloquant notamment une avenue, mais ils se sont dispersés sans heurts, toujours selon G1.

Le Brésil a été secoué il y a un an en pleine Coupe des Confédérations par une fronde sociale historique contre les dépenses investies dans l'organisation du Mondial-2014. Elles ont depuis perdu en intensité mais se sont radicalisées notamment sous l'action des anarchistes du groupe Black Bloc.

Depuis le coup d'envoi du Mondial, des manifestations ont eu lieu dans toutes les villes où se disputaient des matchs. Elles n'ont toutefois rassemblé en moyenne que 200 personnes.

ats/afp

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.