Onze décapitations dans une attaque

LibyeDes combattants de Daech ont coupé la tête à neuf militaires et à deux civils, mercredi dans la région de Joufra.

L'attaque a eu lieu dans la région de Joufra.

L'attaque a eu lieu dans la région de Joufra. Image: Archives/Photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au moins neuf combattants et deux civils ont été décapités mercredi en Libye. Ces faits sont survenus dans une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique (EI) contre une position des forces loyales à l'homme fort de l'Est Khalifa Haftar.

L'attaque a eu lieu à l'aube dans la région d'al-Joufra, à quelque 500 km au sud de Tripoli, selon le colonel Ahmed al-Mesmari, porte-parole de l'Armée nationale libyenne (ANL) auto-proclamée par le maréchal Haftar.

En fin d'après-midi, le groupe djihadiste a revendiqué l'attaque dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq. Il affirme avoir tué et blessé «21 membres de la milice de Haftar» dans une attaque menée par «les combattants de l'EI» au sud d'al-Joufra.

L'ANL s'était emparée début juin de cette région qui compte notamment une base militaire aérienne. La base était occupée par les Brigades de défense de Benghazi (BDB), une coalition de combattants - dont des islamistes - opposés à Khalifa Haftar.

Affrontements continus

Les forces loyales au maréchal Khalifa Haftar accusent pêle-mêle leurs rivaux de «terroristes». Elles attribuent régulièrement les attaques les visant à l'EI.

L'organisation ultraradicale, chassée de son fief de Syrte (nord) en décembre 2016, reste active en Libye, en particulier dans le sud et l'est du pays, selon des analystes et des sources militaires. Mais depuis le groupe djihadiste n'avait revendiqué quasiment aucune attaque dans le pays.

Haftar avait annoncé début juillet «la libération totale» de la ville de Benghazi, trois ans après avoir lancé une opération militaire pour reprendre ce bastion de la révolution libyenne de 2011, tombé aux mains des djihadistes. Mais des affrontements continuent à opposer les deux camps autour des quartiers de Soug al-Hout et al-Sabri, dans le centre de la ville.

La Libye est déchirée par des conflits entre milices et deux autorités se disputent le pouvoir dans le pays: d'un côté, le gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli, de l'autre, une autorité qui exerce son pouvoir dans l'est du pays avec le soutien du maréchal Haftar. (ats/nxp)

Créé: 23.08.2017, 15h19

Articles en relation

Un groupe armé stoppe les départs de migrants

Libye Une entité paramilitaire refoule les embarcations en direction de l'Europe. Elle a fait chuter le nombre de départs vers l'Italie depuis le début de l'été. Plus...

Le navire anti-migrants repart sans l'aide de l'ONG

Libye Alors qu'une ONG d'aide aux réfugiés allait lui porter secours, le navire anti-migrants est reparti par ses propres moyens. Plus...

Un foyer accueille des enfants de djihadistes

Libye A Misrata, un centre d'hébergement du Croissant-rouge aide 28 orphelins de djihadistes à se reconstruire. Plus...

Un avion des forces du maréchal Haftar abattu

Libye Un avion des forces du maréchal Haftar a été abattu et ses deux passagers capturés au-dessus de Derna, ville contrôlée par des islamistes. Plus...

Macron veut créer des «hot spots» en Libye

France Le président français veut implanter directement sur le territoire libyen des centres d'examen pour les candidats à l'asile. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...