Passer au contenu principal

YémenL'ONU veut la «cessation immédiate» des hostilités

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté jeudi à l'unanimité une déclaration sur le Yémen alors que les affrontements ont repris depuis une dizaine de jours.

Afin de prévenir la propagation de la pandémie, la coalition militaire menée Ryad observera un arrêt des combats dès jeudi. (7 avril 2020)
Afin de prévenir la propagation de la pandémie, la coalition militaire menée Ryad observera un arrêt des combats dès jeudi. (7 avril 2020)
AFP
La coalition menée par l'Arabie saoudite a visé lundi des sites de missiles balistiques et de drones de rebelles houthis à Sanaa. (30 mars 2020)
La coalition menée par l'Arabie saoudite a visé lundi des sites de missiles balistiques et de drones de rebelles houthis à Sanaa. (30 mars 2020)
AFP
En 2013, le pays est secoué par des violences sans précédent: attentats, tentatives d'assassinat, enlèvements. Le 4 août, le Royaume Uni, l'Allemagne et la France ferment leur ambassade à Sanaa, suivant l'exemple des Etats-Unis. Elles seront rouvertes avant la fin du mois.
En 2013, le pays est secoué par des violences sans précédent: attentats, tentatives d'assassinat, enlèvements. Le 4 août, le Royaume Uni, l'Allemagne et la France ferment leur ambassade à Sanaa, suivant l'exemple des Etats-Unis. Elles seront rouvertes avant la fin du mois.
AFP
1 / 150

Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé à une «cessation immédiate» des hostilités au Yémen qui menacent le processus politique de règlement du conflit, dans une déclaration adoptée à l'unanimité jeudi. «Les membres du Conseil de sécurité sont très inquiets devant l'escalade significative de la violence à Nehm et Al Jawf (nord) et son impact sur les civils dont des milliers ont été déplacés au cours des derniers jours», précise la déclaration.

Leur texte souligne aussi la nécessité de maintenir le cessez-le-feu à Hodeida (ouest), en vertu des engagements pris en Suède en décembre 2018. Les membres du Conseil de sécurité réclament également «un arrêt à toutes les intimidations à l'égard des travailleurs humanitaires» et un «accès sans entrave» notamment dans le nord du pays. Cette déclaration fait suite à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité tenue mardi à la demande du Royaume Uni.

Les affrontements entre les rebelles Houthis et les forces du gouvernement yéménite ont repris depuis une douzaine de jours au Yémen après des mois de relative accalmie. La guerre oppose depuis plus de cinq ans les Houthis, soutenus par l'Iran, et les forces du gouvernement, appuyées depuis 2015 par une coalition militaire menée par l'Arabie saoudite. Selon plusieurs ONG, la guerre a fait des dizaines de milliers de morts, essentiellement des civils. Le pays connaît la pire crise humanitaire au monde d'après l'ONU.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.