Passer au contenu principal

L'ONU est toujours pour le Traité de non-prolifération

Le Conseil de sécurité estime que «le TNP demeure la pierre angulaire du régime de non-prolifération nucléaire».

Le siège de l'ONU, à New York. (Image d'illustration)
Le siège de l'ONU, à New York. (Image d'illustration)
AFP

Le Conseil de sécurité de l'ONU a affirmé mercredi dans une déclaration son engagement à appliquer le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). C'était à l'occasion d'une réunion sur cet accord organisée par l'Allemagne, 50 ans après son entrée en vigueur.

Ses membres soulignent dans ce texte leur disponibilité «à travailler ensemble et à conjuguer leurs efforts pour parvenir à un résultat positif lors de la Conférence d'examen du TNP» qui se tient tous les cinq ans et dont la prochaine session est prévue en mai. En 2015, la Conférence s'était achevée sur un échec. Les États-Unis et leurs alliés avaient rejeté une initiative arabe sur la création d'une zone exempte d'armes nucléaires au Proche-Orient.

L'Iran est disposé à annuler tout ou partie des mesures qu'il a prises pour se désengager de l'accord sur le nucléaire. Mais seulement si l'Europe lui assure en échange des avantages économiques «significatifs», a indiqué vendredi à Munich le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. (Samedi 15 février 2020)
L'Iran est disposé à annuler tout ou partie des mesures qu'il a prises pour se désengager de l'accord sur le nucléaire. Mais seulement si l'Europe lui assure en échange des avantages économiques «significatifs», a indiqué vendredi à Munich le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. (Samedi 15 février 2020)
Keystone
Alors que la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni tentent le tout pour le tout afin que l'Iran respecte l'accord, Boris Johnson joue les trouble-fête. Le premier ministre britannique a lancé sur la BBC: «Le président Trump est un excellent négociateur (...). Travaillons ensemble pour remplacer (l'accord de 2015) et le remplacer par l'accord de Trump». (14 janvier 2020)
Alors que la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni tentent le tout pour le tout afin que l'Iran respecte l'accord, Boris Johnson joue les trouble-fête. Le premier ministre britannique a lancé sur la BBC: «Le président Trump est un excellent négociateur (...). Travaillons ensemble pour remplacer (l'accord de 2015) et le remplacer par l'accord de Trump». (14 janvier 2020)
AFP
L'Iran réduit peu à peu ses engagements pris par son pays devant la communauté internationale en rapport avec son programme nucléaire. (Lundi 4 novembre 2019)
L'Iran réduit peu à peu ses engagements pris par son pays devant la communauté internationale en rapport avec son programme nucléaire. (Lundi 4 novembre 2019)
Keystone
1 / 11

Sans citer ni la Corée du Nord, qui s'est dotée d'armes nucléaires, ni l'Iran, soupçonnée par les Occidentaux d'en vouloir, le Conseil de sécurité souligne dans sa déclaration «la nécessité de maintenir et de renforcer le traité» au regard «des défis géopolitiques internationaux actuels».

«Le TNP demeure la pierre angulaire du régime de non-prolifération nucléaire et le fondement de la poursuite du désarmement nucléaire et des utilisations pacifiques de l'énergie nucléaire», fait aussi valoir le Conseil. «Sa pleine mise en oeuvre est nécessaire» comme de parvenir à une «adhésion universelle» à ce traité, ajoute-t-il.

«De sérieux revers»

Venu spécialement à New York pour cette réunion, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a relevé qu'en dépit des acquis «le TNP était confronté à de sérieux revers».

«Le désarmement nucléaire est au point mort, les nouvelles technologies créent de dangereux déséquilibres stratégiques et les crises de prolifération exigent toute notre attention», a-t-il souligné, en citant la Corée du Nord. Ce pays «a acquis des armes nucléaires au mépris total du TNP et de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité», a-t-il dénoncé. Le TNP a été signé en 1968 et est entré en vigueur, après ratification, le 5 mars 1970.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.