Passer au contenu principal

États-UnisONU: un expert rectifie les chiffres sur l'immigration

L'ONU a présenté ses excuses après qu'un expert indépendant a présenté à Genève des chiffres erronés sur la détention des enfants migrants aux États-Unis.

La politique migratoire américaine sous la présidence de Donald Trump fait débat outre-Atlantique.
La politique migratoire américaine sous la présidence de Donald Trump fait débat outre-Atlantique.
Keystone

Un expert indépendant de l'ONU présente ses excuses pour la publication cette semaine à Genève de chiffres erronés sur l'immigration aux États-Unis. Il avait dans un premier temps affirmé que plus de 100'000 enfants étaient détenus dans des centres pour migrants.

Ces chiffres ne représentent pas le nombre d'enfants actuellement en détention aux États-Unis en lien avec l'immigration, mais le nombre total d'enfants en détention aux États-Unis en 2015, en lien avec l'immigration. Sur les réseaux sociaux, les partisans du président américain Donald Trump, au pouvoir depuis un peu moins de trois ans, ont vu dans cette erreur un moyen de dénigrer la politique migratoire du républicain.

Manfred Nowak, qui dirige une enquête de l'ONU sur les enfants privés de liberté, avait affirmé lundi devant la presse que les États-Unis étaient l'un des pays retenant le plus d'enfants dans ses centres pour migrants.

«Au total, et maintenant je parle d'enfants avec leurs parents ou d'enfants ou mineurs non accompagnés, les États-Unis sont un des pays où les chiffres sont les plus élevés. Nous avons plus de 100'000 enfants détenus en lien avec l'immigration aux États-Unis d'Amérique», avait-il déclaré. Un chiffre qu'il avait répété plusieurs fois, ajoutant qu'il s'agissait d'une évaluation «prudente» basée sur les dernières données officielles disponibles, ainsi que sur d'autres sources «très fiables».

Données cumulées

Mais 24 heures plus tard, l'ONU publiait un communiqué pour dire que les déclarations de Manfred Nowak avaient été «dans une certaine mesure mal comprises». Le communiqué précisait que l'expert s'était appuyé sur des données compilées par l'agence de l'ONU pour les réfugiés pour 2015, pendant la présidence de Barack Obama.

Il ajoutait qu'il s'agissait de données cumulées et non pas du nombre de détentions à un moment précis de l'année.

Contacté par l'AFP, Manfred Nowak, expert mandaté par l'Assemblée générale de l'ONU, a concédé qu'il «aurait dû être plus clair sur le fait que ce sont des données sur un an et qu'elles ont déjà trois ans», a-t-il répondu. «Il y a eu manifestement un malentendu et je suis prêt à présenter des excuses pour cela... Je suis désolé», a-t-il ajouté. Le bureau des droits humains de l'ONU n'a pas fait de commentaires.

Plus de 470'000 personnes arrêtées

Selon les chiffres officiels des services américains des douanes et des frontières (CBP), 76'020 mineurs non accompagnés ont été appréhendés à la frontière sud des États-Unis, celle qui les sépare du Mexique, lors de l'année fiscale 2019 (octobre 2018 à septembre 2019).

En outre, 473'682 personnes - enfants ou adultes - ayant franchi la frontière au sein d'une famille ont également été arrêtées, selon ces statistiques officielles. Il s'agit là aussi de données cumulées sur un an qui ne reflètent pas le nombre de personnes actuellement détenues.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.