Passer au contenu principal

L’ONU appelle à une mobilisation planétaire contre le Covid-19

Le secrétaire général des Nations Unies annonce un déploiement de moyens exceptionnel pour aider les pays les plus pauvres.

António Guterres, secrétaire général des Nations Unies.
António Guterres, secrétaire général des Nations Unies.
Keystone

Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, vient d’annoncer le déblocage de 2 milliards de dollars pour lutter contre le Covid-19 dans 51 pays d’Amérique du Sud, d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie. L’ONU prévoit d’aider les pays les plus vulnérables à travers une réponse humanitaire coordonnée présentée ce mercredi à New York lors d'une conférence de presse conjointe de l'ONU, de l'OMS et de l'UNICEF.

Ce plan d’envergure sera mis en œuvre par les agences des Nations Unies et les ONG internationales. Parmi les dispositions les plus spectaculaires figure la mise en place de ponts aériens en direction de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique latine pour y transférer les travailleurs humanitaires et du matériel médical.

Pour le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, Mark Lowcock, les conséquences pourraient être désastreuses si la communauté internationale laissait le coronavirus se propager librement dans les endroits où sévit déjà la pauvreté. «Ce serait le chaos et le virus aurait la possibilité de faire le tour du monde», a-t-il mis en garde.

À Genève, le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a lui aussi exhorté les États à se serrer les coudes pour «supprimer cette pandémie». La directrice générale de l’Unicef, Henrietta H. Fore, estime que cet effort est d’autant plus nécessaire que «les enfants sont les victimes cachées de la pandémie de Covid-19». Dans les pays les plus pauvres, les risques d'exploitation et d'abus y sont plus élevés que jamais. L’ONU redoute que la propagation du virus sonne comme une double peine pour les populations déjà fragilisées par des conflits.

Mardi, le négociateur des Nations Unies pour la Syrie, Geir O. Pedersen, a appelé toutes les parties «à un cessez-le-feu national immédiat et complet afin de permettre un effort total pour supprimer le Covid-19 en Syrie». La haut-commissaire aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a quant à elle appelé à suspendre ou assouplir les sanctions qui visent des pays tels que l’Iran ou le Venezuela pour permettre l’acheminement de médicaments et de matériel.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.