Offensive turque: Berne et l'UE appellent à la retenue

SyrieL'offensive militaire turque en cours dans le nord de la Syrie suscite de nombreuses réactions.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker a exigé mercredi l'arrêt de l'offensive lancée par la Turquie dans le nord de la Syrie. La Suisse a de son côté appelé toutes les parties à la retenue et au respect du droit international humanitaire.

L'opération militaire en cours «ne donnera pas de résultat», a affirmé Jean-Claude Juncker devant le Parlement européen à Bruxelles. «Et si le plan de la Turquie est la création d'une zone de sécurité, n'attendez pas de financement de l'Union européenne», a-t-il ajouté.

Ankara «a des problèmes de sécurité à sa frontière avec la Syrie, que nous devons comprendre. Toutefois, j'appelle la Turquie, ainsi que d'autres acteurs, à agir avec retenue. Une incursion exacerbera les souffrances des civils, ce qui est déjà au-delà de ce que les mots peuvent décrire», a-t-il dit.

Respect du droit

A Berne, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a fait part de son inquiétude. Il a exhorté «toutes les parties» à s'abstenir de participer aux combats et à respecter le droit international, en particulier la Charte des Nations unies, le droit international humanitaire et les droits de l'homme.

Il les a également appelées dans un communiqué à garantir à tout moment la protection des populations civiles et des infrastructures civiles, ainsi qu'un accès humanitaire «immédiat, sans entraves et durable» aux soins pour la population souffrante.

La Suisse appelle par ailleurs les parties concernées à oeuvrer en faveur d'une désescalade immédiate et d'une solution politique des conflits par le biais de négociations. Elle soutient activement le processus lancé par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, qui prévoit la prochaine réunion d'un comité constitutionnel syrien à Genève. Pour le DFAE, cette réunion constituerait «un premier pas» vers une solution politique au conflit syrien.

Une mauvaise idée, selon Trump

Le président américain Donald Trump a estimé mercredi que l'offensive lancée par la Turquie dans le nord-est de la Syrie contre une milice kurde était «une mauvaise idée».

«Ce matin, la Turquie, membre de l'Otan, a envahi la Syrie. Les Etats-Unis ne soutiennent pas cette attaque et ont clairement indiqué à la Turquie que cette opération était une mauvaise idée», a indiqué M. Trump dans un bref communiqué.

Le président en exercice du Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadeur sud-africain Jerry Matthews Matjila, a pour sa part appelé la Turquie à «épargner les civils» et à «exercer un maximum de retenue» dans ses opérations militaires en Syrie.

Réaction américaine

Le Congrès américain va faire payer «très cher» au président turc Recep Tayyip Erdogan son offensive en Syrie contre des forces kurdes alliées de Washington, a prévenu mercredi l'influent sénateur républicain Lindsey Graham.

«Priez pour nos alliés kurdes qui ont été honteusement abandonnés par l'administration Trump», a-t-il écrit sur Twitter. «Je vais mener les efforts aux Congrès pour qu'Erdogan paie très cher», a ajouté celui qui est d'ordinaire un proche soutien du président Donald Trump.

(ats/nxp)

Créé: 09.10.2019, 17h20

Articles en relation

La Turquie lance son offensive en Syrie

Guerre Ankara a lancé mercredi, comme elle s'y était engagée, son offensive contre les forces kurdes du nord-est de la Syrie. Plus...

Les Kurdes appellent à se mobiliser face à la Turquie

Syrie Alors que la tension est montée d'un cran à la frontière entre la Syrie et la Turquie, les autorités kurdes syriennes proclament l'état de mobilisation générale pendant trois jours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...