Passer au contenu principal

Qui occupera le poste de premier ministre?

Plusieurs noms circulent sur celle ou celui qui dirigera le gouvernement. La cote des uns et des autres.

Le nom qui monte? Xavier Bertrand, président LR des Hauts-de-France.
Le nom qui monte? Xavier Bertrand, président LR des Hauts-de-France.
Reuters

Quel premier ministre pour Emmanuel Macron? On sait déjà que son choix est arrêté et qu’il le communiquera rapidement. Jean-Yves Le Drian, Richard Ferrand, Christine Lagarde, Xavier Bertrand ou Sylvie Goulard… Le portrait chinois qu’Emmanuel Macron fait de son premier ministre renvoie à plusieurs personnalités…

Le nom qui monte? Xavier Bertrand. Le président LR des Hauts-de-France avait marqué les esprits par son discours contre Marine Le Pen lors des Régionales. Depuis lors, son action le pose en «progressiste républicain». De plus, le parti Les Républicains sera une des forces importantes, si ce n’est la plus importante, de la prochaine Assemblée nationale désignée lors des législatives des 11 et 18 juin. A droite, Bruno le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet ou Christian Estrosi sont cités.

Emmanuel Macron pourrait choisir de former un tandem soudé avec son premier ministre. Richard Ferrand, député du Finistère, est le premier parlementaire à l’avoir rejoint. Il est devenu son bras droit, si ce n’est son deuxième cerveau. Autre nom souvent avancé: Jean-Yves Le Drian, actuel ministre de la Défense.

On parle aussi de la piste centriste avec un Jean-Louis Borloo pour faire le pivot entre les familles politiques. François Bayrou est trop détesté à droite pour ce rôle. La piste femme renvoie vers la directrice générale du FMI Christine Lagarde. Elle a le profil, mais son image «finance» et son âge ne collent pas avec le renouvellement annoncé. Anne-Marie Idrac, inconnue du grand public, pourrait être la surprise. Proche de Bayrou, cette femme de 65 ans qui a dirigé de grandes entreprises (RATP, SNCF), est une ancienne ministre de Chirac. Sylvie Goulard, a elle aussi de sérieuses chances pour Matignon. Au vu des critères souhaités par Emmanuel Macron, elle serait la candidate «idéale». Députée européenne depuis 2009, cette énarque a notamment organisé la rencontre entre Emmanuel Macron et Angela Merkel. La centriste n’a jamais participé à aucun gouvernement et correspond au «renouveau» souhaité par Emmanuel Macron. Le gouvernement d’Emmanuel Macron sera resserré: soit 15 personnes. Il sera paritaire, avec des membres de la société civile (un tiers).

La carte interactive des résultats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.