L’Occident et le mystère du «spoutnik tueur»

Espace Alors que la crise en Ukraine fait régner un climat de guerre froide en Europe, un satellite russe suscite bien des fantasmes.

Image d'archives.

Image d'archives. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au début, l’objet volant pas très identifié a été considéré comme un débris d’une fusée russe. Lancée le 23 mai dernier, cette dernière transportait trois satellites de communications Rodnik destinés à compléter un dispositif militaire en orbite autour de la terre.

Et puis, Object 2014-28E a commencé à suivre une trajectoire anormale, attirant l’attention des services occidentaux qui surveillent tout ce qui bouge dans l’espace. Baptisé 39'765 par le NORAD (le commandement nord-américain de défense aérospatial), Cosmos 2'499 serait en fait un satellite expérimental russe aux capacités totalement inconnues.

Dans le climat de guerre froide régnant actuellement entre l’Occident et la Russie à cause de la crise ukrainienne, il n’en fallait pas plus pour alimenter les théories les plus folles. Cosmos 2'499 serait en fait le prototype d’un satellite tueur, digne héritier du projet «Istrabitel Spoutnik» (chasseur de satellite) lancé au début des années 60 par l’Union soviétique pour se garantir la maîtrise militaire de l’espace. Un programme qui n’a jamais abouti.

Capacité de propulsion

«Je ne sais pas s’il s’agit d’un spoutnik tueur, commente Anton Ivanov, spécialiste des satellites au Swiss space centre de l’EPFL. Mais il est exact que celui que l’on appelle Cosmos 2'499, Object 2014-28E ou 39'765 est bien en orbite autour de la terre (une orbite assez haute puisque son périgée est de plus de 1'000 km) et dispose de capacité de propulsion».

D’après le scientifique et ses collègues qui ont procédé hier à quelques rapides calculs, le satellite pourrait avoir un poids de 5 kg et mesure environ 1 mètre de long. «Selon toute vraisemblance, il s’agit d’un engin expérimental qui pourrait avoir pour fonction de ravitailler un autre engin ou servir d’aspirateur à débris», dit encore Ivanov.

Ce qui est remarquable, poursuit le scientifique, «c’est de voir comment Cosmos 2'499 s’est rapproché ces dernières heures des restes du dernier étage de la fusée qui l’a emporté dans l’espace, comme s’il voulait l’accoster.»

S’il ne voit aucun lien entre la crise ukrainienne et Cosmos 2'499 - il faut plusieurs années de travail pour préparer une telle mission - Ivanov est en revanche convaincu que cette expérience démontre que la Russie est à nouveau à la pointe de la technologie dans ce domaine extraordinaire qu’est la conquête spatiale. «Certes Philae est allé plus loin, mais Cosmos 2'499 pourrait réserver des surprises», conclut-il.

On peut suivre la trajectoire de Cosmos 2'499 sur: //www.n2yo.com

Créé: 19.11.2014, 18h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.