Passer au contenu principal

Obsèques de «Michou», célèbre directeur de cabaret

Les funérailles de «Michou», connu pour son cabaret transformiste du quartier Montmartre, ont eu lieu ce vendredi à Paris en présence de plusieurs centaines de personnes.

La cérémonie funéraire de Michel Catty s'est tenue ce vendredi à l'église Saint-Jean de Montmarte à Paris.
La cérémonie funéraire de Michel Catty s'est tenue ce vendredi à l'église Saint-Jean de Montmarte à Paris.
AFP

Le cercueil de «Michou» a été applaudi vendredi par une foule de plusieurs centaines de personnes à son entrée dans l'église Saint-Jean de Montmartre à Paris. Décédé dimanche à l'âge de 88 ans, il avait accueilli durant plus de 60 ans tous les soirs ses clients à la rue des Martyrs.

De son vrai nom Michel Catty, «Michou» - qui inspira le personnage de Zaza dans le film «La cage aux folles» - avait ouvert en 1956 son célèbre cabaret du quartier Montmartre à Paris. Célébrités et inconnus s'y côtoyaient pour ses spectacles d'artistes transformistes, lui-même étant sur scène tous les soirs pour lancer le show.

Bien avant la mode des «drag-queens», Michou a ouvert la voie en France au transformisme de divertissement. Il a proposé le premier spectacle de l'après-guerre constitué d'hommes se travestissant en femmes pour caricaturer les vedettes de l'époque. Son minuscule cabaret était devenu une référence internationale en la matière.

Vendredi, l'épouse du président français Brigitte Macron, l'ex-premier ministre Alain Juppé, le réalisateur Claude Lelouch ou l'actrice Anny Duperey étaient présents à l'arrivée du corbillard bleu, la couleur fétiche du patron du cabaret qui porte son nom.

«Tu as fait plus pour la tolérance que tous les discours... Maintenant tu vas te reposer», a déclaré Anny Duperey au cours d'un hommage dans l'église, située à trois minutes du cabaret.

Les discours des obsèques étaient retransmis sur des haut-parleurs à l'extérieur de Saint-Jean de Montmartre, dont les grilles ont été ornées de deux photos de Michou, pour toutes les personnes qui n'avaient pu entrer à l'intérieur.

Ils l'appelaient «maman»

Michou repose dans un cercueil bleu capitonné, conformément à ses volontés. Il sera ensuite inhumé au cimetière Saint-Vincent de Montmartre. Le personnel du cabaret - qui l'appelait «maman» - assistait à la cérémonie. Des voisins de l'église avaient déployé des drapeaux bleus aux fenêtres.

«J'ai la chance d'être un homosexuel notoire et aimé», disait Michou qui recevait une fois par mois dans son petit établissement des personnes âgées du quartier. Dans ses mémoires parues en 2017, Michou souhaitait que son cabaret s'arrête après sa disparition. «Je veux que cette maison disparaisse avec moi. Cela peut paraître prétentieux, mais le cabaret ne me survivra pas», écrivait-il.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.