Nouvelles échauffourées à Hong Kong

ContestationsDes heurts se sont produits jeudi matin à Hong Kong entre manifestants pour la démocratie et forces de l'ordre dans le quartier très densément peuplé de Mong Kok.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plusieurs dizaines de policiers, équipés de matraques et de boucliers, sont intervenus ce jeudi matin 6 novembre dans le quartier de Hong Kong où étaient rassemblés des centaines de manifestants.

Les échauffourées ont commencé peu après deux heures du matin. Une trentaine de personnes portant le masque de Guy Fawkes (catholique anglais qui a participé à une conspiration en 1605 visant à assassiner le roi Jacques 1er, devenu le symbole des manifestations anti-capitalistes), ont rejoint les manifestants.

Ceux-ci réclament plus de démocratie dans l'ancienne colonie britannique restituée à la Chine en 1997 et demandent aux dirigeants du Parti communiste chinois (PCC) de tenir leur promesse constitutionnelle d'accorder la pleine démocratie à la ville.

En août, Pékin a offert aux Hongkongais la possibilité de voter pour leur dirigeant en 2017, tout en restreignant la liberté de ce choix à seulement deux ou trois candidats, qui pourraient se présenter après avoir obtenu le soutien d'un «comité des nominations» dominé par les pro-Pékin.

Les étudiants qui sont à la pointe du mouvement espèrent porter la contestation à Pékin devant les responsables du PCC. Ils doivent annoncer jeudi les détails de leur nouveau plan de bataille.

Marche des millions de Masques

Des affrontements ont aussi eu lieu mercredi, dans le centre de Londres, entre la police et des milliers de manifestants anti-capitalistes appelant «à la révolution».

Ceux-ci participaient à la Marche des millions de Masques, organisée dans plusieurs villes du monde par le groupe d'activistes Anonymous.

Ils ont lancé des cônes de circulation, des bouteilles et des plaques de rue vers la police et ont détruit des barricades métalliques. Certains ont tiré des feux d'artifice au cours de leurs face à face avec des rangées de policiers.

«Une solution, la révolution»

La manifestation avait lieu le jour de Guy Fawkes, en souvenir du rebelle catholique qui voulait dynamiter le Parlement du roi James 1er en 1605.

«Une solution, la révolution», scandaient les manifestants, dont la plupart portaient les masques blancs à l'effigie de cet homme devenu symbole du collectif Anonymous.

Les contestataires ont tenté de prendre d'assaut le siège de la BBC, mais ils ont été bloqués à l'entrée par la police. Cinq d'entre eux ont été arrêtés sur des soupçons d'infractions, dont le lancer de feux d'artifice et l'agression de policiers, a indiqué la police de Londres. (ats/nxp)

Créé: 06.11.2014, 07h55

Articles en relation

Les militants célèbrent un mois de manifs à Hong Kong

Rassemblement Les militants prodémocratie de Hong Kong ont appelé leurs partisans à marquer un mois de manifestations de masse. Des milliers de participants se seront retrouvés sur l'un des sites occupés, proche du siège du pouvoir. Plus...

Les consultations avec les manifestants démarrent

Hong Kong Ces discussions entre le gouvernement et les étudiants sont les premières depuis l'accélération du mouvement de «désobéissance civile» le 28 septembre à Hong Kong. Plus...

Les manifestants accusent la police de Hong Kong de violences

Révolte des parapluies Après une nouvelle nuit de violences, les manifestants prodémocratie ont accusé la police d'avoir fait un usage excessif de la force. Le ministre hong-kongais des finances a appelé les protestataires à se disperser. Plus...

De violents affrontements éclatent à Hong Kong

Révolte des parapluies Le quartier de Mong Kok à Hong Kong a été le théâtre de violents affrontements entre forces de l'ordre et manifestants pro-démocratie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...