Nouvelles accusations contre Uber

Etats-UnisC'est un feuilleton sans fin: Uber est désormais accusé d'avoir mis en place un système organisé pour échapper à la justice.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les nuages ne cessent de s'amonceler pour Uber. La société américaine de location de voiture avec chauffeur (VTC) est maintenant accusée d'avoir mis en place un système organisé pour échapper à la justice.

Uber «a mis en place une stratégie sophistiquée pour détruire, cacher, camoufler et falsifier des dossiers ou des documents dans l'intention d'empêcher ou de gêner des enquêtes du gouvernement» ou toute poursuite judiciaire en cours ou à venir, est-il écrit dans une lettre d'un ancien salarié transmise par le ministère américain de la Justice à un juge californien.

A cause de ce nouvel élément, partiellement rendu public lors d'une audience à San Francisco, la justice californienne a reporté sine die le procès qui devait opposer, à partir de lundi, Uber à Waymo, la filiale de voitures autonomes d'Alphabet (maison mère de Google). Waymo accuse Uber, qui travaille aussi sur la conduite sans chauffeur, de lui avoir volé des secrets technologiques.

Selon Uber, ce témoignage n'a rien à voir avec Waymo et ne change rien au fond du dossier.

Nouveau boulet

L'ancien employé, qui était responsable du «renseignement» («global intelligence») au sein d'Uber, a précisé que son ancien employeur l'avait payé 4,5 millions de dollars pour qu'il ne dénigre pas le groupe.

«Uber 'va prendre très cher', car les juges n'ont aucun sens de l'humour en matière de collusion et de dissimulation à ce niveau», a réagi l'analyste Rob Enderle. Il s'agit d'un nouveau boulet au pied de Dara Khosrowshahi, nommé à la fin août pour remettre le groupe sur les rails après des mois de scandales, avec, en vue, une entrée en Bourse en 2019.

La semaine dernière encore, Uber a révélé le piratage, en 2016, des données de 57 millions d'utilisateurs, ce qui lui vaut d'être visé par des enquêtes. Le groupe est soupçonné d'avoir caché ce piratage pendant des mois.

Mais ce n'est pas tout: la justice américaine enquête aussi sur des soupçons de corruption à l'étranger ou l'utilisation d'autres logiciels illégaux pour espionner la concurrence ou échapper au contrôle des autorités. (ats/nxp)

Créé: 30.11.2017, 03h07

L'UE réagit

La Commission européenne a jugé jeudi «irresponsable» la gestion par Uber des données de ses clients et chauffeurs, victimes d'un piratage massif sur lequel les autorités de protection de la vie privée de l'UE ont décidé de coordonner leurs enquêtes.

«Les révélations récentes sur la violation massive de données par Uber, qui a résulté dans le vol d'informations concernant quelque 60 millions d'utilisateurs et conducteurs, sont un bon exemple des défis pour la vie privée auxquels nous faisons face à l'âge numérique», a estimé la commissaire européenne à la Justice Vera Jourova lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

«Uber a attendu plus d'un an avant d'informer le public et ses consommateurs de cette faille», a regretté Mme Jourova, ajoutant qu'une nouvelle régulation européenne, entrant en vigueur en mai 2018, «permettra de répondre de façon adéquate à un tel comportement irresponsable».

Articles en relation

La justice israélienne interdit Uber

Covoiturage Le groupe américain ne pourra plus exercer ses activités en Israël. Motif: des problèmes liés à l'assurance des passagers. Plus...

L'image d'Uber encore un peu plus écornée

Etats-Unis Avec l'annonce du vol de données de millions de clients, l'entreprise américaine est à nouveau sous le feu de la critique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...