Une nouvelle «caravane» est en train de se former

HondurasPlusieurs dizaines de Honduriens se regroupent à San Pedro Sula pour former une nouvelle «caravane» vers les États-Unis.

Des dizaines de personnes se regroupent à la gare routière de San Pedro Sula.

Des dizaines de personnes se regroupent à la gare routière de San Pedro Sula. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des dizaines de candidats au départ se rassemblaient lundi dans la ville de San Pedro Sula, au Honduras, en vue de former mardi une «caravane» à destination des États-Unis, ont constaté des journalistes de l'AFP. Le président américain Donald Trump avait affirmé jeudi s'attendre à une colonne de migrants «gigantesque», «plus grande que tout ce qu'on a vu».

Les Honduriens candidats au départ se disaient déterminés. «Je pars parce qu'on ne peut rien faire ici (...) Nous partons en quête du rêve américain», a déclaré à l'AFP un adolescent de 17 ans, José Ramirez, à la gare routière de San Pedro Sula, deuxième ville du Honduras, à 180 km au nord de Tegucigalpa. «Je ne veux pas continuer dans cette misère. Ma maison est en planches, quand il pleut il y a des fuites dans le toit», a-t-il ajouté. «À partir de quatre heures de l'après-midi, il faut rester enfermé chez soi parce que celui qui est dans la rue, les gangs le tuent».

Des anonymes ont annoncé sur les réseaux sociaux le départ de la «caravane de migrants le 15 janvier» en fixant pour point de rendez-vous cette gare routière d'où étaient déjà partis 2000 Honduriens le 13 octobre, puis une seconde colonne de moindre importance quatre jours plus tard. D'autres caravanes de migrants avaient ensuite quitté le Salvador et le Guatemala, toujours avec les États-Unis comme objectif.

Selon l'ambassade du Honduras à Mexico, seuls 3% des quelque 2500 migrants honduriens massés dans des refuges au Mexique ont une chance de pouvoir passer aux États Unis. Le ministère hondurien des affaires étrangères estime que 7270 membres des caravanes sont rentrés au pays. Entretemps, onze d'entre eux sont morts. La dernière victime est un jeune homme de 23 ans qui a été écrasé par un train au Mexique.

L'immigration est à l'origine d'une grave crise politique aux États-Unis, avec le «shutdown» (fermeture d'administrations fédérales) le plus long de l'histoire, avec 24 jours. Les discussions budgétaires entre le président républicain, qui réclame 5,7 milliards de dollars pour construire un mur de 3200 km à la frontière avec le Mexique, et ses adversaires démocrates, fermement opposés au projet, sont dans l'impasse. (afp/nxp)

Créé: 15.01.2019, 02h41

Articles en relation

4000 migrants défient Trump à la frontière

Etats-Unis La «caravane» des gens fuyant la pauvreté depuis le Honduras se trouve à Tijuana, au nord-ouest du Mexique. Plus...

Le «rêve américain» pour fuir la violence

Honduras Des migrants honduriens racontent qu'ils n'ont pas le choix de fuir leur pays pris en étau entre chômage et criminalité galopante. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...