Les Nobel romands félicités de toutes parts

SuèdeLe prix Nobel de physique décerné ce mardi aux cosmologues genevois Michel Mayor et Didier Queloz est applaudi des deux mains de Berne à Genève.

Image diffusée ce mardi par l'Académie du prix Nobel.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Cette découverte est la plus excitante de toute notre carrière, et qu'elle soit récompensée par un prix Nobel, c'est tout simplement extraordinaire», ont réagi Michel Mayor et Didier Queloz, cités dans un communiqué de l'Université de Genève. Les deux lauréats du prix Nobel de physique sont actuellement à l'étranger.

Les deux astronomes ont repéré, il y a vingt-quatre ans, une planète située en dehors du système solaire. «Personne ne savait si les exoplanètes existaient ou non», souligne Michel Mayor dans le communiqué de l'UNIGE. La traque était lancée depuis un moment. «Des astronomes prestigieux les cherchaient depuis des années, en vain.»

Pour l'Université de Genève, la joie est également énorme. «C'est une fantastique reconnaissance du travail accompli par Michel Mayor et Didier Queloz», a fait savoir le recteur de l'UNIGE, Yves Flückiger. «C'est une nouvelle formidable pour notre université, pour Genève et pour toute la Suisse», a-t-il ajouté.

«Elle témoigne de la qualité de leur démarche scientifique, de leur rigueur, mais aussi d'une créativité et d'une capacité à penser - et chercher - hors des chemins balisés, qui est à la source des plus grandes découvertes», a ajouté Yves Flückiger, que l'on voit ci-dessus introduire la conférence des deux Nobel à l'occasion des 20 ans de leur découverte.

L'effet d'une bombe

Le 6 octobre 1995, Michel Mayor, professeur à l'Observatoire de la Faculté des sciences de l'UNIGE, et son doctorant Didier Queloz révolutionnaient le monde de l'astrophysique en annonçant la découverte de la première planète située en dehors de notre système solaire. Nommée 51 Pegasi b, cette toute première exoplanète avait fait l'effet d'une bombe dans le milieu des astrophysiciens.

Les technologies pour permettre une telle découverte n'existaient pas encore et il a fallu attendre le spectrographe Elodie (alias Super-Coravel), mis en service en 1993 sur un télescope de 2 m de diamètre en Haute-Provence (F). Grâce à la précision des mesures de l'appareil (15 m/s), les deux chercheurs repèrent en 1994 un objet stellaire faisant le tour de son étoile en 4,2 jours.

«Nous étions tellement excités à l'idée d'avoir trouvé une exoplanète, raconte Didier Queloz. Mais il nous fallait d'abord confirmer nos observations avant de révéler quoi que ce soit.» Ce sera chose faite en juillet 1995. Depuis lors, les recherches n'ont cessé de se développer et l'on recense aujourd'hui environ 2000 exoplanètes.

Dans un tweet, le conseiller fédéral Guy Parmelin, chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR), a félicité les deux lauréats. «La Suisse reste la nation indispensable lorsqu'il s'agit de recherche scientifique de pointe», a souligné le Vaudois.

(nxp)

Créé: 08.10.2019, 13h27

Articles en relation

Le prix Nobel de physique à deux Genevois

Suède Le prix Nobel de physique a distingué mardi trois éminents cosmologues, le Canado-Américain James Peebles et les Suisses Michel Mayor et Didier Queloz. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...