Passer au contenu principal

Amérique latineNicaragua: vers une reprise du dialogue

Une réunion est prévue ce jeudi entre le président Ortega et les évêques pour une éventuelle reprise du dialogue avec l'opposition.

L'opposition nicaraguayenne a annoncé mardi la formation d'une large «Coalition nationale» pour affronter le parti du président Daniel Ortega aux élections de 2021. (Mercredi 26 février 2020)
L'opposition nicaraguayenne a annoncé mardi la formation d'une large «Coalition nationale» pour affronter le parti du président Daniel Ortega aux élections de 2021. (Mercredi 26 février 2020)
Keystone
La Suisse demande au Nicaragua d'arrêter d'intimider et d'attaquer les défenseurs des droits humains, après l'assassinat récent de trois ex-manifestants. (Mardi 10 septembre 2019)
La Suisse demande au Nicaragua d'arrêter d'intimider et d'attaquer les défenseurs des droits humains, après l'assassinat récent de trois ex-manifestants. (Mardi 10 septembre 2019)
Un manifestant brandit une arme artisanale à Masaya. (Lundi 28 mai 2018)
Un manifestant brandit une arme artisanale à Masaya. (Lundi 28 mai 2018)
AFP
1 / 89

Le président nicaraguayen Daniel Ortega a accepté de rencontrer jeudi les évêques de la Conférence épiscopale pour étudier une éventuelle reprise du dialogue avec l'opposition, face une grave crise qui a fait au moins 120 morts en deux mois, a annoncé la Conférence épiscopale.

La réunion, proposée par la hiérarchie catholique (qui joue le rôle de médiateur dans le conflit), «a été acceptée par le président et se tiendra demain jeudi 7 juin à 15H00 (21H00 GMT) à la Maison des peuples», a déclaré la Conférence épiscopale dans un communiqué.

Le rendez-vous a été proposé dans une lettre envoyée au président, «pour aborder les sujets si indispensables à notre patrie, la justice et la démocratie, dont dépend toujours la paix, dans le but d'évaluer l'opportunité de reprendre le dialogue».

Le 31 mai, les évêques avaient annoncé que le dialogue ne reprendrait pas tant que la répression continuerait. La Conférence épiscopale s'est posée en médiateur depuis le mois de mai, essayant de réunir à la même table le gouvernement et l'opposition formée de représentants des étudiants, d'entreprises et de la société civile.

Les évêques avaient pris la décision de suspendre le dialogue après la mort de 16 manifestants, le 30 mai, dans des manifestations à travers le pays.

Le bilan est de 121 morts et de 1300 blessés selon le Centre nicaraguayen des droits de l'Hommee, depuis le début des manifestations, le 18 avril.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.