Nicaragua: 50 opposants libérés en plein dialogue

Amérique latineCinquante opposants à Ortega ont été libérés vendredi alors que des négociations avec le gouvernement sont en cours.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement du Nicaragua a annoncé vendredi la libération de 50 opposants emprisonnés pour avoir participé à des manifestations contre le président Daniel Ortega, répondant partiellement à une exigence de l'opposition pour reprendre les négociations destinées à sortir le pays de la crise politique.

Le 27 février, cent personnes avaient déjà été libérées, quelques heures avant le début du dialogue entre les deux délégations, composées respectivement de six représentants de l'opposition et autant du gouvernement. Plus de 600 «prisonniers politiques» sont toujours détenus dans le pays, selon l'opposition.

Mercredi, le gouvernement s'était engagé à libérer un «nombre appréciable» d'opposants détenus pour débloquer les négociations avec la plateforme d'opposition. L'Alliance civique pour la justice et la démocratie (ACJD), réunissant entreprises, société civile, paysans et étudiants, avait suspendu sa participation aux pourparlers trois jours auparavant.

Des «preuves indiscutables»

Cette plateforme réclamait des «preuves indiscutables» de la volonté du gouvernement de négocier: libération inconditionnelle de tous les opposants, arrêt de la répression et rétablissement des libertés de la presse et de manifestation.

Le ministère de l'Intérieur a fait savoir dans un communiqué que 50 personnes avaient «bénéficié d'une série de mesures de clémence, telles que l'assignation à résidence». Les détenus ont quitté la prison de haute sécurité La Modelo, au nord de Managua, dans quatre bus. Sur la liste de noms divulguée par les autorités n'apparaît aucune grande figure de l'opposition.

Après trois jours de blocage, l'opposition a accepté jeudi de reprendre les négociations avec le gouvernement à la suite de la promesse du gouvernement du président Daniel Ortega de libérer des opposants. Seul le représentant des étudiants n'a pas rejoint la table des pourparlers, ces derniers réclamant «des faits» et pas seulement des «promesses».

Les parties se sont réunies à nouveau vendredi en présence du nonce apostolique Waldemar Stanislaw Sommertag et de l'envoyé spécial de l'Organisation des États américains (OEA), Luis Angel Rosadilla.

Nombre de personnes libérées «insuffisant»

Azahalea Solis, une déléguée de l'opposition qui s'est retirée des négociations jeudi en attendant la libération des prisonniers, a toutefois estimé que le nombre de personnes libérées était «insuffisant». «La demande est la même: la libération inconditionnelle des prisonniers politiques et la nullité de tous les procès», a-t-elle insisté.

Ces nouvelles négociations visent à trouver une issue à la crise politique qui secoue le pays depuis près de onze mois et a fait plus de 325 morts, essentiellement dans les rangs de l'opposition. Des centaines de personnes ont été incarcérées depuis le déclenchement de la crise, le 18 avril 2018, et nombre d'entre elles condamnées à plusieurs années de prison pour «terrorisme».

Le bloc d'opposition Unidad Nacional Azul y Blanco (UNAB) a appelé à une manifestation à Managua samedi pour exiger la libération de tous les prisonniers.

«Le deuil, l'affliction, la douleur»

La police a annoncé qu'elle n'autoriserait pas cette marche qui représente, selon elle, «la continuité des provocations et des crimes des terroristes et des putschistes, qui ont semé le deuil, l'affliction, la douleur et ont laissé tant de vies perdues au Nicaragua».

Les organisateurs ont adressé une lettre au nonce apostolique et à M. Rosadilla leur demandant d'intercéder auprès du gouvernement pour qu'il autorise la manifestation. Ce «serait un signe important pour les Nicaraguayens et la communauté internationale de la volonté politique d'Ortega en faveur du dialogue en cours», indique le document.

L'ex-guérillero Daniel Ortega, âgé de 73 ans, est au pouvoir depuis 2007. Il est accusé par ses opposants d'avoir mis en place avec son épouse et vice-présidente Rosario Murillo une dictature corrompue et népotique. (afp/nxp)

Créé: 16.03.2019, 00h36

Articles en relation

Les évêques risquent de faire tout capoter

Nicaragua En refusant de rejoindre la table des négociations, les évêques risquent de rompre le dialogue gouvernement-opposition. Plus...

Le dialogue débouche sur un accord

Nicaragua Le gouvernement et l'opposition sont tombés d'accord sur une «feuille de route» pour des négociations de sortie de crise. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Crash de l'Ethiopian Airlines: le Boeing 737 max en question
Plus...