Bernie Sanders remporte le New Hampshire

Primaires démocratesBernie Sanders est arrivé en tête de la primaire démocrate devant Pete Buttigieg et Amy Klobuchar. Joe Biden subit un cuisant revers.

Les supporters de Bernie Sanders célèbrent la victoire du sénateur du Vermont dans le New Hampshire.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En promettant de «battre Donald Trump», le socialiste Bernie Sanders a salué mardi sa victoire dans la primaire démocrate du New Hampshire, suivi par les modérés Pete Buttigieg et Amy Klobuchar, tous désormais installés dans le groupe des candidats susceptibles de défier le président républicain en novembre.

«C'est le début de la fin pour Donald Trump», a lancé à une foule en liesse le sénateur indépendant, désormais favori de la course à l'investiture démocrate. Une fois les résultats de neuf bureaux de vote sur dix rendus, le vétéran de la politique avait remporté 26% des suffrages, suivi par l'ex-maire Pete Buttigieg (24%) et la sénatrice Amy Klobuchar (20%), selon les comptabilisations des médias américains.

Longtemps favori, l'ancien vice-président Joe Biden a essuyé un cuisant revers en n'arrivant que cinquième, loin derrière (8%). Il est devancé par la sénatrice progressiste Elizabeth Warren (9%) qui elle aussi enregistre un score extrêmement décevant.

Bernie Sanders, 78 ans, et Pete Buttigieg, 38 ans, se présentaient en favoris dans cette primaire du New Hampshire après avoir dominé il y a huit jours dans l'Iowa. L'ancien maire de South Bend, une ville d'une centaine de milliers d'habitants dans l'Indiana, l'avait alors emporté d'un cheveu contre le sénateur du Vermont.

Mardi soir dans le New Hampshire, Pete Buttigieg a félicité son rival, en rappelant son admiration de longue date pour le sénateur. Puis il a pris soin de se placer en meilleur choix pour battre un président qui avait su séduire, en 2016, dans ces régions rurales et industrielles du Midwest.

«Un grand nombre d'entre vous ont décidé qu'un maire de la classe moyenne et ancien militaire venant du Midwest était le meilleur choix pour défier ce président», s'est réjoui le premier candidat homosexuel aussi bien placé dans la course à la Maison Blanche.

Deux candidats jettent l'éponge

Triomphante, la sénatrice du Minnesota âgée de 59 ans Amy Klobuchar s'est aussi félicitée de son résultat. «Bonjour l'Amérique, je suis Amy Klobuchar et je battrai Donald Trump»: triomphante, devant une nuée de drapeaux vert, couleur de sa campagne, la sénatrice du Minnesota âgée de 59 ans s'est réjouie de son résultat dans le New Hampshire. «J'ai hâte de (...) gagner en rassemblant un mouvement de démocrates enthousiastes, d'indépendants et de républicains modérés», a lancé la petite-fille d'un mineur en rappelant ses origines humbles.

L'Iowa et le New Hampshire ne distribuent qu'un tout petit nombre de délégués sur les 1991 nécessaires pour décrocher l'investiture du parti en juillet. Mais ces deux petits États représentent d'importants tremplins dans la longue route qui mène à la présidentielle. Face à des résultats décevants, Andrew Yang, entrepreneur de 45 ans qui s'est forgé une renommée avec sa proposition d'instaurer un revenu universel, et le sénateur Michael Bennet ont jeté l'éponge dans la soirée.

«Ce n'est pas fini»

Neuf candidats sont encore en lice pour défier Donald Trump le 3 novembre. Et ces dix derniers jours, des mouvements importants semblent s'être opérés dans les rapports de forces. Bernie Sanders a doublé l'ancien vice-président Joe Biden, 77 ans, dans les sondages nationaux, même si ces derniers sont à prendre avec beaucoup de précautions.

Pete Buttigieg n'arrive lui qu'en cinquième place dans cette moyenne nationale. Mais dans une course électorale où les tendances importent grandement, il affiche une courbe en nette hausse depuis sa victoire dans l'Iowa. Les résultats du New Hampshire devraient donner un grand élan aux deux hommes avant les prochains votes des primaires: le Nevada le 22 février puis la Caroline du Sud le 29 février.

C'est là que Joe Biden jouera la suite de sa campagne. En piteuse position, il a quitté le New Hampshire avant même les résultats pour se rendre directement en Caroline du Sud et y tenir une réunion publique. L'ancien vice-président de Barack Obama y est donné très largement favori, car il bénéficie de forts soutiens dans la population noire, majoritaire parmi les les électeurs démocrates de cet État.

«Ce n'est pas fini mon gars, nous ne faisons que commencer», a-t-il lancé, souriant. Mais pour Joe Biden, tout pourrait vite s'enrayer, les soutiens le quitter, et les donateurs, nerfs de la guerre électorale aux États-Unis, le déserter.

Tous les yeux se tourneraient alors vers le milliardaire et ex-maire de New York Mike Bloomberg, troisième dans les sondages nationaux, qui a fait l'impasse sur les premiers États pour entrer en lice à partir du «Super Tuesday», lorsqu'une quinzaine d'États voteront le 3 mars.

Trump remarque «Bootedgeedge»

Se déclarant «socialiste», un mot longtemps connoté à l'extrême gauche aux Etats-Unis, Bernie Sanders prône depuis des décennies une «révolution» politique pour parvenir à une société plus juste, en proposant notamment d'aller vers un système universel de couverture santé. Son message, encore considéré comme trop à gauche par de nombreux démocrates lors de sa première tentative présidentielle ratée en 2016, résonne désormais plus fortement.

En face, Pete Buttigieg plaide pour une voie plus centriste, affirmant être plus apte à rassembler les démocrates mais aussi à tendre la main aux indépendants et aux «futurs ex-républicains». Un temps favorite, la sénatrice progressiste Elizabeth Warren, a salué, dans le New Hampshire, les «solides» résultats de Bernie Sanders et de Pete Buttigieg, et félicité Amy Klobuchar.

Comme Joe Biden, l'ancienne professeure en droit de Harvard, pourfendeuse de Wall Street, a voulu se projeter dans l'après-New Hampshire. En affirmant qu'après l'avalanche de votes du «Super Tuesday», seuls trois candidats pourraient rester en lice: Bernie Sanders, Joe Biden et elle. Et qu'elle serait alors «la mieux placée pour (...) battre Donald Trump».

Observant d'un oeil ironique la guerre des démocrates, Donald Trump a jugé que la sénatrice avait passé une «très mauvaise soirée», en employant le surnom moqueur dont il l'a affublée, «Pocahontas», en référence à la polémique sur les origines amérindiennes très lointaines longtemps revendiquées par la sénatrice. «Je pense qu'elle signale qu'elle veut sortir de la course», a-t-il tweeté après le discours de la démocrate avant d'enchaîner sur Pete Buttigieg et Bernie Sanders. «Bootedgeedge (Buttigieg) réussit assez bien ce soir. Il donne du fil à retordre à Bernie le fou. Très intéressant!»

(afp/nxp)

Créé: 12.02.2020, 01h44

Trois candidats se retirent de la course

Le candidat démocrate Andrew Yang a annoncé mardi, peu après la fermeture des bureaux de vote de la primaire du New Hampshire, où les premiers résultats ne lui donnaient pas plus de 3% des suffrages, qu'il se retirait de la course à la Maison Blanche. «Vous savez que je suis un matheux et il est évident ce soir d'après les chiffres que je ne vais pas gagner cette course», a expliqué à ses partisans l'entrepreneur de 45 ans, qui avait pour proposition phare l'instauration d'un revenu universel pour tous les Américains.

Un autre candidat à l'investiture démocrate pour la présidentielle de novembre a jeté l'éponge mardi soir: le sénateur du Colorado Michael Bennet, dont la campagne était passée beaucoup plus inaperçue. «Je pense qu'il est justifié pour nous de mettre un terme à la campagne ce soir», a-t-il déclaré devant ses partisans, souhaitant «bonne chance» aux neuf candidats désormais encore en lice.

Le candidat démocrate Deval Patrick a annoncé mercredi son retrait de la course à la Maison-Blanche, après des résultats décevants lors de l'élection primaire du New Hampshire. Proche de Barack Obama, Deval Patrick, a été l'un des premiers gouverneurs noirs des Etats-Unis, élu en 2006 dans l'Etat américain du Massachusetts.

Articles en relation

Pete Buttigieg remporte officiellement l'Iowa

Primaire démocrate Une semaine après le scrutin, qui a tourné au fiasco, le parti démocrate a dévoilé les résultats de la primaire dans l'Iowa. Plus...

Buttigieg et Sanders attaqués par leurs rivaux

Débat démocrate Arrivés en tête des primaires dans l'Iowa, les deux hommes ont subi, lors d'un débat vendredi, des attaques de la part des autres candidats. Plus...

Buttigieg, l'outsider qui se voit à la Maison-Blanche

États-Unis Le démocrate de 38 ans Pete Buttigieg pourrait créer la surprise dans la primaire démocrate de l'Iowa malgré son manque d'expérience et son déficit de notoriété. Plus...

Le New Hampshire vote à son tour mardi

Primaires démocrates Après le fiasco de l'Iowa, le deuxième vote des primaires démocrates a lieu ce mardi dans le New Hampshire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Vitrine de Credit Suisse souillée: le militant proclimat condamné
Plus...