Neuf mineurs illégaux lapidés à mort

Afrique du SudUn affrontement entre des groupes rivaux de mineurs illégaux a fait neuf victimes vendredi à Johannesburg. La police a lancé une «chasse à l'homme».

Entre 8000 et 30'000 mineurs illégaux travaillent en Afrique du Sud. Ils doivent faire face au danger des gangs, impliqués régulièrement dans des règlements de compte. (Photo d'illustration)

Entre 8000 et 30'000 mineurs illégaux travaillent en Afrique du Sud. Ils doivent faire face au danger des gangs, impliqués régulièrement dans des règlements de compte. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Neuf mineurs illégaux du Lesotho ont été «lapidés à mort» vendredi dans une banlieue de Johannesburg, en Afrique du Sud, par un groupe de mineurs rivaux, a annoncé samedi la police qui a dénoncé un «acte barbare».

La police «enquête» sur le meurtre de neuf ressortissants du Lesotho «impliqués dans des activités minières illégales qui ont été lapidés à mort à Matholeville (...) par des zama zamas (mineurs illégaux) originaires du Lesotho», un petit royaume pauvre et enclavé dans l'Afrique du Sud.

Les corps des neuf victimes «ont été retrouvés dans les rues de Matholeville, tandis qu'une dixième personne a été grièvement blessée» et transportée à l'hôpital, a précisé la police dans un communiqué.

«Il semble» que les violences ont éclaté entre des «groupes rivaux de mineurs illégaux qui agissent dans la zone», a expliqué samedi le porte-parole de la police, Mavela Masondo, interrogé sur la chaîne de télévision eNCA.

Les forces de sécurité sud-africaines ont lancé une «chasse à l'homme» et la police procédait samedi à l'interrogatoire de 87 personnes.

58 meurtres par jour

L'Afrique du Sud est considérée comme l'un des pays les plus violents au monde. Selon des statistiques officielles, plus de 21'000 personnes y ont été tuées en un an, entre avril 2018 et mars 2019, soit une moyenne de 58 meurtres par jour.

Entre 8000 et 30'000 mineurs illégaux ou «zama zamas» («ceux qui tentent leur chance» en zoulou) opèrent dans le pays, selon la Commission sud-africaine des droits humains.

Ils prennent des risques énormes à creuser dans des tunnels et puits désaffectés. Mais ils doivent désormais faire face à un autre danger grandissant, celui des gangs, impliqués régulièrement dans des règlements de compte.

En septembre 2015, au moins 20 personnes avaient été tuées dans des violences impliquant des gangs de mineurs illégaux dans la région de Johannesburg, longtemps capitale mondiale de la production d'or.

«L'exploitation illégale des mines et le crime organisé sont intimement liés. Les zama zamas sont souvent lourdement armés, ont des explosifs et montent des embuscades» contre «les employés, gardes et groupes rivaux de mineurs illégaux», selon un rapport de la Chambre sud-africaine des mines. (afp/nxp)

Créé: 01.02.2020, 14h33

Articles en relation

Un couple lapidé pour son mariage intercastes

Inde Un jeune couple a été lapidé mercredi dans le sud de l'Inde par des proches de la femme, opposés à son mariage avec un homme d'une caste considérée comme inférieure. Plus...

À Brunei, les gays seront condamnés à mort par lapidation

Asie du Sud-Est À Genève, la haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, exhorte le sultanat à faire marche arrière. Plus...

Accusée d'adultère, une Syrienne survit à la lapidation

Etat islamique Les djihadistes ont jeté des pierres sur cette femme jusqu'à ce qu'ils la jugent morte. Elle a survécu miraculeusement et a réussi à s'enfuir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...