Un «nettoyage ethnique» turc en Syrie dénoncé

Etats-UnisUn responsable américain dénonce les «efforts déterminés de nettoyage ethnique» de la part d'Ankara et de ses alliés à l'encontre des Kurdes en Syrie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un haut responsable américain a critiqué dans un rapport le manque d'efforts de l'administration Trump pour empêcher l'offensive turque en Syrie, qui a selon lui causé un «nettoyage ethnique», a rapporté jeudi le «New York Times».

William Roebuck, l'envoyé américain de la coalition internationale contre le groupe Etat Islamique, a dans un rapport fustigé les «efforts déterminés de nettoyage ethnique» de la part de la Turquie et de ses alliés à l'encontre des Kurdes en Syrie qui «ne peuvent être que définis comme des crimes de guerre ou du nettoyage ethnique», selon le quotidien américain.

«Un jour, lorsque l'histoire diplomatique sera écrite, on se demandera ce qu'il s'est passé ici et pourquoi des responsables n'ont pas fait plus pour empêcher ça, ou au moins dénoncer plus fermement auprès de la Turquie son comportement», cite le «New York Times», qui a obtenu ce rapport.

Meurtres de civils

La porte-parole du département d'Etat américain a refusé de dire si ces «prétendues communications internes privées» étaient vraies. «Ceci dit, nous avons été clairs sur le fait que nous nous opposions fermement à la décision du président Erdogan d'entrer en Syrie et nous avons tout fait, à part une confrontation militaire, pour l'éviter», a assuré Morgan Ortagus. Elle a ajouté que les États-Unis avaient pris au sérieux les informations selon lesquelles des combattants soutenus par les Turcs auraient commis des exactions, dont le meurtre de civils. «Ces questions demeurent et nous avons porté la question aux échelons les plus élevés de l'État turc», a-t-elle précisé.

La Turquie avait lancé son opération militaire après l'annonce par Donald Trump du retrait des troupes américaines déployées en Syrie le long de la frontière avec la Turquie, ce qui a été interprété par un feu vert accordé à Ankara.

Fortement critiqué, y compris dans son propre camp, Donald Trump a ensuite durci le ton et autorisé des sanctions contre la Turquie, qui ont été levées après qu'Ankara eut suspendu son offensive en Syrie aux termes d'un accord conclu entre Recep Tayyip Erdogan et le vice-président américain Mike Pence. Les présidents turc et américain doivent se rencontrer à la Maison Blanche le mercredi 13 novembre. (afp/nxp)

Créé: 08.11.2019, 01h07

Articles en relation

Erdogan menace d'«ouvrir les portes» aux migrants

Turquie Les réfugiés syriens installés en Turquie pourraient se voir «ouvrir les portes» de l'Europe, a menacé jeudi le président turc Erdogan. Il souhaite en rapatrier une partie. Plus...

Une manif pro-kurde réunit 2000 personnes à Bâle

Suisse Des manifestants ont dénoncé samedi les interventions turques et russes dans le nord de la Syrie, lors d'un rassemblement dans la ville alémanique. Plus...

Les forces russo-turques patrouillent en Syrie

Moyen-Orient Après l'accord entre Erdogan et Poutine, la milice kurde devait se retirer de ses positions frontalières de la Turquie. Les contrôles ont commencé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Toujours pas de vert au Conseil fédéral
Plus...