Netanyahu et Erdogan s'invectivent

Jérusalem capitaleLe Premier ministre israélien a accusé dimanche le président turc de bombarder les Kurdes et d'aider des «terroristes», après un entretien avec le président français à Paris.

C'est à l'issue d'un entretien avec Emmanuel Macron que le premier ministre israélien s'est exprimé sur le chef de l'Etat turc.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je n'ai pas de leçons de moralité à recevoir d'un dirigeant qui bombarde des villages kurdes en Turquie, qui emprisonne des journalistes, aide l'Iran à contourner les sanctions internationales et aide des terroristes, notamment à Gaza», a déclaré M. Netanyahu, interrogé sur la déclaration de M. Erdogan qui, plus tôt dans la journée, avait qualifié Israël d'«Etat terroriste» qui «tue des enfants».

«La Palestine est une victime innocente (...) Quant à Israël, c'est un Etat terroriste, oui, terroriste !», avait lancé le président turc, ajoutant qu'il «lutterait par tous les moyens» contre la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale de l'Etat hébreu.

Lors d'une conférence de presse conjointe avec M. Macron à l'Elysée, Benjamin Netanyahu a souligné qu'Israël ne saurait avoir d'autre capitale que Jérusalem et que les tentatives de nier cette «connexion millénaire» étaient «absurdes».

«C'est pourquoi» la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël «est si importante», a ajouté le Premier ministre.

Pour le quatrième jour consécutif dimanche, des milliers de personnes ont manifesté au Moyen-Orient et à l'étranger pour protester contre la décision de Donald Trump.

La Turquie et Israël ont normalisé leurs relations l'année dernière, après une crise diplomatique déclenchée en 2010 par un raid israélien contre un navire d'une ONG en direction de la bande de Gaza, qui a fait dix morts parmi les activistes turcs.

Les deux parties ont intensifié leur coopération, notamment dans le domaine de l'énergie, mais M. Erdogan, défenseur de la cause palestinienne, continue à critiquer régulièrement la politique israélienne. (afp/nxp)

Créé: 10.12.2017, 19h07

Galerie photo

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine Le conflit israélo-palestinien a pris naissance à la fin du XIXe siècle. De la déclaration Balfour promettant la création d'un Foyer national juif à la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Articles en relation

Les manifs continuent dans le monde musulman

Statut de Jérusalem Les rassemblements ont continué dimanche dans le monde musulman après la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Plus...

Netanyahu critique l'attitude de l'Europe

Statut de Jérusalem Le Premier ministre israélien trouve les réactions européennes «hypocrites», après l'annonce de Donald Trump. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.