La neige complique l'enquête sur le crash

RussieLes conditions climatiques rendent difficile l'enquête sur le drame qui a tué dimanche 71 personnes, dont un Suisse, près de Moscou.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les enquêteurs russes recherchaient lundi, dans des conditions rendues difficiles par une épaisse couche de neige, les causes du crash d'un avion de ligne la veille près de Moscou. L'impact a causé la mort des 71 personnes à bord, dont un Suisse, un Kazakh et un Azerbaïdjanais.

Parmi les pistes à l'étude figurent celles de conditions météorologiques défavorables, de l'erreur humaine ou d'un problème technique. La piste terroriste n'a pas été mentionnée.

L'appareil, un biréacteur Antonov An-148 de la compagnie Saratov, avait décollé de l'aéroport moscovite de Domodedovo à destination d'Orsk, à 1500 km au sud-est de la capitale, dans la région d'Orenbourg frontalière avec le Kazakhstan. Il s'est écrasé peu après.

Le président russe Vladimir Poutine a présenté dimanche ses condoléances aux familles des victimes et ordonné la mise en place d'une commission d'enquête.

Boîte noire retrouvée

Des centaines d'hommes en uniforme passaient lundi au peigne fin plusieurs hectares enneigés à la recherche de restes de corps et de débris dans la zone du crash, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Les enquêteurs espèrent exploiter au plus vite les données des deux enregistreurs de vol, qui ont été retrouvés, ainsi que les débris de l'appareil.

Nuages et neige

Des images présentées comme étant celles du crash ont été diffusées. Elles montrent une explosion et une immense boule de feu s'échappant vers le ciel.

«Le temps était très nuageux et la neige tombait en flocons. Lorsqu'il a touché le sol, nous avons entendu un gros 'bang'. Nous avons vu une grosse boule de feu s'élever de l'endroit, on pensait qu'il s'agissait d'une météorite», a raconté Tatiana Joukova, qui a vu le crash de sa fenêtre.

Dans un communiqué, les enquêteurs disent que l'appareil s'est écrasé en un seul morceau et que l'explosion s'est produite dans les instants qui ont suivi l'accident.

Analyses ADN

Des débris de l'avion et des restes humains ont été projetés dans un rayon d'un kilomètre. Selon l'agence de presse Ria, 200 fragments humains ont été retrouvés et les recherches pourraient se poursuivre une semaine durant.

Les proches des victimes seront invités à se soumettre à des analyses ADN afin d'identifier les corps, a dit le ministère russe des Situations d'urgence. Construit en 2010, l'avion avait embarqué 65 passagers et six membres d'équipage. Il a disparu des écrans radars une dizaine de minutes après le décollage.

Un Suisse à bord

La présence d'un Suisse dans l'appareil, révélée dimanche par l'agence de presse russe Interfax, a été confirmée lundi matin par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

L'homme, un ingénieur d'une firme zurichoise de compresseurs, se rendait à Orsk pour le lancement d'une nouvelle unité d'une raffinerie locale, selon une porte-parole des autorités locales citées par Interfax.

La représentation suisse à Moscou est en contact avec les autorités russes sur place, a indiqué le DFAE à l'ats. Le président de la Confédération Alain Berset et le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis ont exprimé leurs condoléances à la famille de la victime suisse ainsi qu'à l'ensemble des familles touchées par ce drame.

Vols suspendus

Saratov Airlines a annoncé lundi avoir suspendu les vols de tous ses An-148, le temps que les enquêteurs fassent la lumière sur l'accident. Une enquête a été ouverte pour identifier d'éventuelles violations des règles de sécurité, a annoncé le Comité d'enquête russe.

L'appareil en question avait été mis en service en 2010, a précisé Saratov Airlines. Il avait subi un contrôle poussé en janvier, qui n'avait révélé aucun défaut ou problème technique.

(afp/nxp)

Créé: 12.02.2018, 08h40

Articles en relation

Un Suisse parmi les victimes du crash

Russie Le citoyen suisse se rendait à Orsk pour le lancement d'une nouvelle unité d'une raffinerie locale, selon une porte-parole des autorités locales citées par Interfax. Plus...

Une loi autorise les juges à rouler ivres

Russie Les policiers russes n'ont plus le droit d'arrêter les juges ayant commis des infractions routières, même en cas de conduite en état d'ébriété. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Human Brain Project avance moins vite qu'espéré
Plus...