Passer au contenu principal

Une mutinerie de djihadistes prend fin

Les évadés supposés de la prison de Ghouiran, dans la ville de Hassaké, qui abrite des sympathisants du groupe Etat islamique, ont finalement été retrouvés à l'intérieur.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
AFP

Les forces kurdes en Syrie ont mis fin lundi à une mutinerie de détenus accusés d'appartenance au groupe Etat islamique (EI), ayant eu lieu la veille dans une prison du nord-est du pays, ont-elles annoncé dans un communiqué.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a confirmé le retour au calme dans cette prison, précisant que les quatre détenus qu'il avait donnés pour fugitifs dimanche soir ont finalement été retrouvés dans l'établissement.

Les tensions ont éclaté dimanche dans la prison de Ghouiran, dans la ville de Hassaké (nord-est syrien), où sont détenus près de 5000 prisonniers «de différentes nationalités» et soupçonnés d'affiliation à l'EI, selon l'OSDH.

«La situation dans la prison est totalement sous contrôle», ont indiqué lundi dans un communiqué les Forces démocratiques syriennes (FDS), coalition dominée par les combattants kurdes.

Le communiqué assure que des «terroristes de l'EI détenus» avaient réussi à arracher les portes de leurs cellules et à «prendre le contrôle du rez-de-chaussée de la prison». Des forces anti-terrorisme rattachées aux FDS «sont directement intervenues, ont mis fin à la mutinerie et ont sécurisé le centre» de détention, selon le texte.

Pas d'évasion

«Aucune évasion de détenus n'a eu lieu», assure le communiqué, alors que la veille, un porte-parole des FDS et un responsable anonyme avaient évoqué des fugitifs, sans donner leur nombre.

Un an après avoir proclamé le 23 mars 2019 l'éradication du «califat» de l'EI en Syrie, les forces kurdes détiennent toujours quelque 12.000 djihadistes dans plusieurs prisons du nord-est syrien, selon leurs statistiques.

Parmi eux, se trouvent des Syriens, des Irakiens mais aussi 2.500 à 3.000 étrangers originaires d'une cinquantaine de pays.

Si les Kurdes réclamaient au départ le renvoi vers leur pays d'origine des combattants étrangers, ils se sont résignés à l'idée de devoir les juger en Syrie, en raison des tergiversations des Occidentaux qui rechignent à rapatrier leurs ressortissants.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.