La stratégie ambiguë du président Donald Trump en Syrie

SyrieLes États-Unis, avec leurs alliés britannique et français, ont donc frappé la Syrie.

Dans son discours à la nation le même soir, Donald Trump a affiché sa détermination à agir tant que le régime syrien de Bachar el-Assad utiliserait des armes chimiques.

Dans son discours à la nation le même soir, Donald Trump a affiché sa détermination à agir tant que le régime syrien de Bachar el-Assad utiliserait des armes chimiques. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Mission accomplie», s’est enthousiasmé Donald Trump samedi. Mais en réalité, son entourage s’efforce encore de définir les contours de la stratégie américaine.

Officiellement, pour la Maison-Blanche, tout est «clair». Des hauts responsables de l’administration ne cessent de répéter ce mot à chaque fois qu’ils décrivent la stratégie de Donald Trump en Syrie. Au total, ils l’ont utilisé 27 fois durant les quarante-cinq minutes d’une conférence téléphonique. L’administration Trump n’a pourtant cessé d’envoyer des signaux contradictoires ce week-end. James Mattis, le secrétaire à la Défense, a assuré dès vendredi soir que l’opération militaire en Syrie n’aurait pas de suites dans l’immédiat.

Dans son discours à la nation le même soir, Donald Trump a pour sa part affiché sa détermination à agir tant que le régime syrien de Bachar el-Assad utiliserait des armes chimiques. Puis le lendemain, il parlait de «mission accomplie». Le choix de cette expression est lourde de sens aux États-Unis depuis que George Bush l’avait prématurément utilisée en 2003, au début de la guerre en Irak. Visiblement, le président Trump a voulu calmer ses supporters, inquiets de voir le pays s’engager militairement dans le conflit syrien.

Mais le président des États-Unis n’a pas dit un mot sur les efforts des États-Unis au Conseil de sécurité de l’ONU pour tenter de trouver une solution à la crise syrienne. Samedi, un haut responsable de la Maison-Blanche a insisté sur le fait que Washington privilégiait désormais la voie diplomatique: «Nous allons continuer à travailler avec nos alliés (…) pour déterminer le meilleur éventail de mesures économiques, politiques et diplomatiques pour nous assurer que non seulement le régime syrien, mais aussi les autres pays à travers le monde – et cela inclut la Russie – (…) comprennent que l’utilisation d’armes chimiques ne sera pas tolérée par la communauté internationale.»

François Delattre, l’ambassadeur de France à l’ONU, a annoncé samedi un projet de résolution conjoint avec les États-Unis et la Grande-Bretagne pour mettre fin de manière «vérifiable et irréversible» au programme d’armes chimiques syrien. Emmanuel Macron a défendu les frappes en Syrie au cours d’une interview sur BFMTV dimanche soir. Le président de la République a affirmé avoir «convaincu» Donald Trump de rester «dans la durée» en Syrie, alors que le président des États-Unis avait annoncé au début du mois sa volonté de désengager son pays de ce conflit. Pour Emmanuel Macron, la communauté internationale a aussi «réacquis de la crédibilité» aux yeux de Moscou en lançant cet «acte de représailles» en Syrie.

Nikki Haley, l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, a affirmé que la Maison-Blanche annoncerait ce lundi un nouveau round de sanctions contre la Russie: «Elles concerneront les compagnies qui fournissaient de l’équipement lié à Assad et à l’utilisation d’armes chimiques.»

(TDG)

Créé: 15.04.2018, 21h50

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...