Passer au contenu principal

Législatives: les conservateurs favoris

Les Iraniens doivent élire vendredi un nouveau Parlement. Le président modéré Hassan Rohani doit faire face à un ressentiment populaire.

Les Iraniens votent vendredi pour élire un nouveau Parlement. Les conservateurs partent favoris, portés par un ressentiment populaire contre le président modéré Hassan Rohani, alimenté entre autres par la crise économique.

Les bureaux de vote ont ouvert à 08h00 (05h30 en Suisse), et le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, selon son habitude, a glissé son bulletin dans l'urne à l'ouverture du scrutin. Khamenei a renouvelé son appel aux quelque 58 millions d'électeurs à participer massivement afin de «garantir l'intérêt national» et à voter «aussi vite que possible».

Contexte tendu

La onzième législature à sortir des urnes depuis la révolution islamique de 1979 commencera son travail dans un contexte de tensions exacerbées entre Téhéran et Washington, et alors que l'Iran traverse une violente récession.

Les élections se tiennent aussi près d'un mois et demi après que les forces armées iraniennes eurent abattu «par erreur» un avion de ligne ukrainien, drame qui a ajouté à la défiance de la population vis-à-vis des autorités.

Les autorités civiles ont nié toute responsabilité avant que l'état-major ne reconnaisse sa responsabilité trois jours après le drame. Cet aveu tardif a provoqué des manifestations anti-pouvoir, limitées, faisant voler en éclats l'apparence d'unité nationale manifestée quelques jours plus tôt à l'occasion des funérailles du général iranien Qassem Soleimani, tué par une frappe américaine en Irak le 3 janvier.

A Téhéran, nombre d'habitants ont fait part de leur refus d'aller voter. Pour Amir Mohtasham, 38 ans, au chômage depuis deux ans, «ces élections sont vaines». «Je ne fais confiance ni aux conservateurs, ni aux réformateurs».

Poids des ultraconservateurs

La disqualification de milliers de candidats réformateurs et modérés réduit pratiquement le scrutin à un affrontement entre conservateurs et ultraconservateurs et pourrait alimenter l'abstention. En fonction du poids des ultras dans la future Assemblée, la politique extérieure d'ouverture, poursuivie par M. Rohani depuis son élection en 2013, pourrait changer.

Les ultraconservateurs s'opposent à toute négociation avec l'Occident, et critiquent régulièrement ce qu'ils estiment être la passivité de M. Rohani face aux menaces du président américain Donald Trump. Et ils sont impatients de sortir de l'accord international sur le nucléaire iranien, la grande réalisation de M. Rohani, conclu en 2015 à Vienne, mais menacé d'implosion depuis que Trump l'a dénoncé unilatéralement en 2018.

Appels à aller voter

Dans l'esprit de Rohani, l'accord de Vienne devait ouvrir une ère de prospérité pour l'Iran en le sortant de son isolement international. Au lieu de cela, le retour des sanctions américaines dans la foulée du retrait des Etats-Unis de l'accord a plongé l'Iran dans une violente récession.

Plusieurs figures réformatrices ont mis en garde contre une victoire des ultraconservateurs en cas de forte abstention. Dans les semaines ayant précédé le scrutin, l'ayatollah Khamenei, a multiplié les appels à une participation massive, nécessaire selon lui pour déjouer les «complots vicieux» des Etats-Unis et d'Israël contre l'Iran, et a déclaré que voter était «un devoir religieux».

Depuis mercredi, la télévision diffuse une multitude d'appels à voter de responsables politiques ou d'ayatollahs. Un court dessin animé diffusé plusieurs fois par jour montre les bulletins de vote se transformer comme autant de torpilles contre une flotte d'envahisseurs, envoyée par le fond. Rohani et son camp ont appelé les gens à voter même s'ils ne sont pas contents du gouvernement.

Nouvelles sanctions américaines

Après les disqualifications massives par le Conseil des gardiens, organe aux mains des conservateurs chargé du contrôle des élections, moins de 7200 candidats se retrouvent en lice pour briguer les 290 sièges du Parlement, selon le ministère de l'Intérieur.

Washington a annoncé jeudi des sanctions financières - essentiellement symboliques - contre cinq responsables du Conseil de gardiens, dénonçant «la manipulation des élections pour favoriser l'agenda pernicieux du régime». «Le régime américain a montré [par ces sanctions] qu'il n'en a rien à faire de la démocratie et qu'il préfère les régimes dictatoriaux de la région», a réagi le porte-parole de cette institution, Abbas Ali Kadkhodaï.

Les bureaux de vote doivent fermer à 18h00 (15h30 en Suisse), mais la durée du scrutin est souvent prolongée, notamment à Téhéran.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.