La victoire par procuration des Américains

IrakLa conquête de Mossoul par les Irakiens valide la stratégie de Barack Obama qui ne voulait pas de troupes américaines au sol.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Battre son ennemi par troupes amies interposées: la conquête de Mossoul par les troupes irakiennes est une victoire par procuration pour les Etats-Unis. Ils espèrent parvenir à la dupliquer ailleurs, notamment en Afghanistan.

Lorsque le président Barack Obama décide mi-2014 de combattre militairement l'Etat islamique en Irak, il impose au Pentagone un principe simple: l'armée américaine ne doit pas être impliquée dans les combats terrestres («no boots on the ground»).

L'aviation américaine apporte un soutien aux forces irakiennes, et des formateurs et conseillers militaires viennent les équiper et les aider au sol. Mais il revient aux forces irakiennes, et seulement à celles-ci, de reconquérir le terrain perdu sur les djihadistes.

Près de trois ans après, la chute de la deuxième ville d'Irak démontre la validité de la stratégie. Les protégés de l'armée américaine ont réussi à conquérir une grande ville de deux millions d'habitants, après des combats urbains complexes et meurtriers.

Pertes minimes

Et si leurs pertes sont très importantes, celles de l'armée américaine sont minimes: onze tués en action depuis 2014 en Irak, bien loin des pertes subies dans ce même pays lors de la décennie précédente, soit plus de 3500 morts.

«Mossoul, c'est l'achèvement ultime dans le processus consistant à construire une armée, une police, et une force anti-terroriste capable de se battre, que vous ne renforcez qu'avec quelques centaines de conseillers militaires et un appui aérien», indique le major John Spencer, professeur à l'académie militaire de West Point. «Nous verrons beaucoup ce modèle de guerre par procuration» dans le futur, prédit-il.

Pour arriver à ce résultat, les Etats-Unis et leurs alliés ont entrepris un colossal effort de formation des forces irakiennes - armée, police, forces kurdes, forces tribales -, entraînant plus de 100'000 hommes en trois ans.

Mais ils ont aussi été obligés de s'impliquer plus que prévu dans les combats, écornant le principe du «pas de soldats sur le terrain». Les conseillers militaires qui, au début, restaient dans les états-majors, accompagnent désormais les Irakiens à proximité des combats, prenant davantage de risques.

Artillerie et forces spéciales

L'artillerie des «Marines» est venue en renfort à partir de mars 2016. Des hélicoptères d'attaque Apache interviennent aussi ponctuellement en soutien aux troupes irakiennes. Des forces spéciales américaines mènent parfois des raids terrestres contre des dirigeants de l'EI. Au total, plus de 5000 militaires américains se trouvent aujourd'hui déployés en Irak.

Ce modèle de guerre par procuration est aussi celui que les Américains et l'OTAN essaient d'appliquer en Afghanistan depuis la fin de leur mission de combat dans le pays en décembre 2014. Les forces de l'OTAN - 13'300 soldats, dont la moitié sont américains - forment et conseillent l'armée afghane face aux talibans, sans participer directement aux combats.

Mais comme en Irak, les Américains et leurs alliés sont en train de réaliser qu'il va falloir qu'ils augmentent leur aide pour éviter à leurs poulains de perdre du terrain. Ils préparent donc un renforcement de leurs effectifs et de leurs moyens, qui devrait être annoncé dans le courant de l'été.

Unités spécialisées

En Irak, le pari de reconstituer une armée nationale crédible, capable de défendre le pays par elle-même, est en tout cas en bonne voie.

«Je pense que les forces irakiennes sont pleinement capables de défendre Mossoul et l'Irak», relève John Spencer. «Elles ont appris énormément. Elles ont fait beaucoup de changements sur la base des leçons apprises ces deux dernières années». L'armée irakienne est un outil «encore un peu fragile», mais elle a montré à Mossoul qu'elle «avait des unités qui tiennent la route», renchérit un militaire européen.

Signe de l'importance croissante des guerres par procuration, l'armée de terre américaine vient de créer six unités de soldats spécialisés dans le conseil aux forces amies, empiétant sur un domaine jusqu'à maintenant réservé aux forces spéciales. La première de ces unités de 529 hommes a été lancée en mai à Fort Benning (Géorgie, sud-est).

Le combat contre l'EI et les autres groupes extrémistes «sera un long combat», expliquait récemment le secrétaire à la défense James Mattis. Les Etats-Unis mèneront cette bataille «avec et par d'autres nations. Nous le ferons en développant leur capacité pour qu'elles fassent une grande partie du combat», avait-il souligné. (ats/nxp)

Créé: 11.07.2017, 06h36

Articles en relation

Mossoul: la dernière poche résiste toujours

Irak Les derniers combattants de l'Etat islamique ne contrôlent plus qu'un réduit de 200 m sur 100 m dans la vieille ville. Plus...

Priorité à la «stabilité et la reconstruction»

Mossoul Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a déclaré à Mossoul la victoire de l'Irak sur la «brutalité» de l'Etat islamique. Plus...

Mossoul est «libérée», selon le Premier ministre

Irak Le Premier ministre irakien a proclamé la victoire dans Mossoul «libérée», après neuf mois de bataille contre les djihadistes. C'est un coup dur pour l'EI. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.