Idlib saignée par les rivalités russo-turques

SyrieL’accord de Sotchi est mort. Moscou et Ankara jouent leur propre partition, poussant à l’exil des centaines de milliers de Syriens.

La reprise des affrontements dans la région d’Idlib a jeté sur les routes des milliers de personnes.

La reprise des affrontements dans la région d’Idlib a jeté sur les routes des milliers de personnes. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’accord trouvé à Sotchi en 2018 s’annonçait prometteur. Il y a deux ans, Moscou et Ankara s’engageaient à faire d’Idlib une zone refuge «démilitarisée». Soutiens et adversaires de Bachar el-Assad parvenaient à trouver un terrain d’entente. Ce cessez-le-feu arraché après des semaines de tractations et l’échec du processus de Genève couronnait de succès une démarche entreprise par la diplomatie russe. Aujourd’hui, la confiance est rompue et les promesses de paix sont loin. La région d’Idlib est à feu et à sang. Un nouveau désastre humanitaire se profile.

Tout à son projet d’anéantir les forces kurdes et à aider les «insurgés», Recep Tayyip Erdogan a poussé son armée sur Idlib. Le président turc a ainsi pris le risque d’une confrontation directe avec l’armée syrienne et son allié russe. Une situation potentiellement explosive. Le chef de la diplomatie européenne, l’Espagnol Josep Borrell, craint que «ces tensions ne déclenchent un conflit régional plus large». Le président turc n’est pas le seul à avoir jeté de l’huile sur le feu. En épaulant l’armée de Bachar el-Assad dans sa reconquête d’Idlib, Moscou a aussi contribué à faire voler en éclats l’accord de Sotchi. Aujourd’hui, la démonstration est faite qu’il s’agissait d’un accord de dupes qui a permis à chacun d’attendre le moment propice pour jouer sa propre partition.

La guerre des nerfs

Pour Hasni Abidi, directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (CERMAM), tout le monde savait à quoi s’attendre. «La Russie a toujours défendu le droit de Bachar el-Assad à reprendre le contrôle de toute la Syrie et donc d’Idlib», rappelle-t-il. Pour autant, «ni Moscou ni Ankara n’ont intérêt à ce que la situation ne dégénère en affrontement direct», souligne-t-il. Pour l’heure, chaque camp s’emploie à jouer avec les nerfs de son adversaire en poussant ses pions.

La Russie a toujours défendu le droit de Bachar el-Assad à reprendre le contrôle de toute la Syrie et donc d’Idlib

Hasni Abidi, Directeur du CERMAM

Depuis un an et demi, le régime syrien met la pression pour bouter les djihadistes hors les murs. Une offensive qui s’étend au sud et à l’est de la province d’Idlib ainsi qu’au sud et à l’ouest d’Alep. Depuis le mois de décembre, le rythme des bombardements n’a fait que s’amplifier. Pris sous un déluge de feu, les groupes rebelles ripostent en tirant des roquettes et des mortiers. Il reste que le rapport de force sur le terrain tourne en faveur du régime. Appuyées par Moscou, les forces syriennes sont parvenues à reprendre mardi le contrôle de l’autoroute M5 qui relie le sud du pays à la grande ville d’Alep, dans le Nord, en passant par la capitale, Damas. Un objectif stratégique. Sans doute un tournant dans le conflit. Un revers, en revanche, pour les insurgés mais aussi pour Ankara, qui a envoyé, en vain, des milliers de soldats dans la région pour bloquer l’avancée de l’armée syrienne. Cinq soldats turcs ont été tués.

Cliquez pour agrandir

Recep Tayyip Erdogan a menacé de frapper «partout» le régime syrien si son armée ne se retirait pas d’Idlib d’ici à la fin du mois. Signe qu’un cap a été franchi, le président turc a aussi tancé la Russie pour sa «complicité dans le massacre des civils». Les raids aériens et les tirs d’artillerie sur la région d’Idlib ont causé la mort d’environ 200 personnes depuis le début de l’année, selon l’ONU. Moscou a renvoyé le compliment en rappelant que la Turquie n’avait rien fait pour «neutraliser les terroristes présents à Idlib». Ambiance… Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, doit rencontrer son homologue turc Mevlut Cavusoglu ce dimanche à Munich. Si la tension est extrême, Moscou devrait cependant chercher à calmer le jeu. «Trop se fâcher avec Erdogan, c’est prendre le risque de le voir pencher un peu trop du côté américain. C’est un opportuniste et quelqu’un de pragmatique. Les Russes le savent», relève Hasni Abidi.

Créé: 14.02.2020, 20h05

Une grave crise humanitaire en vue

En un peu plus de dix semaines – du 1er décembre jusqu’à aujourd'hui – près de 800000 personnes ont été déplacées de force dans Idlib et ses environs, dans le nord-ouest de la Syrie. La plupart (60%) sont des femmes et des enfants, selon l’ONU. Jamais la région n’a connu un si grand nombre de personnes déplacées dans une seule période, depuis le début de la crise syrienne, il y a presque neuf ans. «Il s’agit du pire déplacement de personnes, dans ce qui doit maintenant être appelé la pire guerre de notre génération», a prévenu mercredi Jan Egeland.

Le secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés et ancien secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des affaires humanitaires (OCHA) redoute une catastrophe humanitaire de grande ampleur. «La crise s’aggrave de minute en minute», a confirmé le porte-parole du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) Andrej Mahecic. La situation dans l’enclave déjà surpeuplée de l’opposition est aggravée par un froid glacial et une pénurie de biens de première nécessité.

A.J.

Articles en relation

À Genève, les Syriens s’attaquent au chantier de la reconstruction politique

Syrie Réuni pour la première fois, le nouveau Comité constitutionnel entame ses travaux sous l’égide de l’ONU. Plus...

De leurs prisons, les ex-djihadistes romands montrent peu de remords

Terrorisme Deux Vaudois et un Genevois, anciens militants de l’État islamique, ont été interviewés dans des geôles kurdes en Syrie. Un seul semble vraiment regretter ses actes. Plus...

Les troubles à Beyrouth et Bagdad ébranlent Téhéran

Moyen-Orient Grâce à ses «amis» en Irak, en Syrie et au Liban, l’Iran avait tenu en respect les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite. Mais aujourd’hui, son dispositif vacille. Plus...

Poutine s’impose en gendarme du conflit au nord de la Syrie

Sommet Le chef du Kremlin et le président turc se sont entendus sur un retrait des combattants kurdes d’une nouvelle zone tampon. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...