Passer au contenu principal

Idlib saignée par les rivalités russo-turques

L’accord de Sotchi est mort. Moscou et Ankara jouent leur propre partition, poussant à l’exil des centaines de milliers de Syriens.

La reprise des affrontements dans la région d’Idlib a jeté sur les routes des milliers de personnes.
La reprise des affrontements dans la région d’Idlib a jeté sur les routes des milliers de personnes.
AFP

L’accord trouvé à Sotchi en 2018 s’annonçait prometteur. Il y a deux ans, Moscou et Ankara s’engageaient à faire d’Idlib une zone refuge «démilitarisée». Soutiens et adversaires de Bachar el-Assad parvenaient à trouver un terrain d’entente. Ce cessez-le-feu arraché après des semaines de tractations et l’échec du processus de Genève couronnait de succès une démarche entreprise par la diplomatie russe. Aujourd’hui, la confiance est rompue et les promesses de paix sont loin. La région d’Idlib est à feu et à sang. Un nouveau désastre humanitaire se profile.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.