À Genève, la Chine entre dans l’équation syrienne sans perdre de vue ses intérêts

Moyen-OrientL’envoyé de Pékin multiplie les consultations et pose des jalons en vue de la reconstruction du pays.

Xie Xiaoyan (à dr.), l’envoyé spécial du gouvernement chinois pour la Syrie,aux côtés de Staffan de Mistura,le médiateur de l’ONU.

Xie Xiaoyan (à dr.), l’envoyé spécial du gouvernement chinois pour la Syrie,aux côtés de Staffan de Mistura,le médiateur de l’ONU. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Jusque-là discrète, la Chine s’implique de plus en plus dans les négociations de paix syriennes menées sous l’égide de l’ONU. Depuis son arrivée, mardi, à Genève, l’envoyé spécial du gouvernement chinois pour la Syrie, Xie Xiaoyan, multiplie les consultations. Nommé en mars 2016, c’est un diplomate aguerri qui porte le message de Pékin auprès des parties au conflit syrien. Plus question de taire ce travail de l’ombre. Xie Xiaoyan, qui, par le passé, réservait le plus souvent ses déclarations aux médias chinois, russes et arabes, éprouve le besoin de communiquer. Le signe que les choses bougent.

Jeudi, le médiateur de l’ONU, Staffan de Mistura, avait laissé entendre que «l’intensité» de l’activité diplomatique était inédite. La Chine, par la voix de son représentant, a tenu à rappeler qu’elle soutenait la médiation onusienne en entretenant des contacts directs tant avec les émissaires du gouvernement syrien qu’avec les représentants de l’opposition. Pour Xie Xiaoyan, l’entrée dans une phase de négociation «sans précondition» et avec une opposition unifiée laisse entrevoir des progrès. L’intéressé explique qu’il ne faut pas se focaliser sur les apparences, à savoir une rencontre directe entre les deux délégations, qui symboliquement marquerait aux yeux des médias un cap important. «Ce qui compte, c’est la substance», explique le diplomate. La substance, ce sont «les 12 principes de base» non rendus publics mis sur la table par le médiateur de l’ONU. «Ils peuvent aider les parties à préparer le prochain round», affirme Xie Xiaoyan, qui en fin de compte dit tout haut ce qui se dit tout bas. L’échéance importante pour les pourparlers de Genève, ce n’est pas pour le cycle en cours mais pour le prochain.

«Tout est à reconstruire. Les routes, les réseaux d’assainissement, les hôpitaux, les écoles. La Chine est prête à y prendre part»

En attendant, la Chine se profile comme un partenaire d’avenir, avec en tête, déjà, le gigantesque chantier de reconstruction de la Syrie. «Nous encourageons nos firmes à y participer. C’est un marché énorme, évalué à 200 milliards de dollars. Tout est à reconstruire. Les routes, les réseaux d’assainissement, les hôpitaux, les écoles. La Chine est prête à y prendre part», confirme l’envoyé spécial du gouvernement chinois pour la Syrie. Mais pas question de se précipiter.

«Il y a un préalable: la stabilité et la sécurité. C’est pour cela que le processus engagé à Genève est important. Il ne faut pas seulement reconstruire les bâtiments, il faut aussi reconstruire la société, la culture, la vie politique», souligne le diplomate, porte-voix d’une diplomatie chinoise pragmatique qui ne veut se fâcher avec personne. Si à ses yeux, les pourparlers de Genève sont les seuls qui ouvrent la voie à une solution politique, toutes les autres initiatives russes ou encore françaises pour aider au succès de la médiation onusienne sont les bienvenues. Pékin prend soin, en revanche, d’insister sur la nécessaire éradication du terrorisme. «Daech a été vaincu, mais cela ne veut pas dire que le combat est terminé. La tumeur peut revenir», a prévenu Xie Xiaoyan.

(TDG)

Créé: 01.12.2017, 17h07

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Affaire Maudet: nouvelle révélation
Plus...