Il se fait exploser lors de funérailles

AfghanistanAu moins 18 personnes ont trouvé la mort et quatorze autres ont été blessées à Nangarhar dans l'est du pays.

L'attentat s'est produit durant les funérailles d'un ancien gouverneur.

L'attentat s'est produit durant les funérailles d'un ancien gouverneur. Image: Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au moins 18 personnes ont été tuées dimanche dans un attentat qui s'est produit lors de funérailles dans l'est de l'Afghanistan, pour le dernier jour d'une année 2017 résolument sanglante dans le pays. Treize ont été blessées.

Aucun groupe n'a encore revendiqué cette attaque. Des responsables provinciaux l'avaient d'abord attribuée à un kamikaze, avant d'indiquer qu'elle avait été provoquée par une moto piégée. Les talibans ont toutefois affirmé sur Twitter qu'ils n'avaient rien à voir avec l'attentat de dimanche.

Funérailles d'un ancien gouverneur

«Notre enquête a conclu que l'explosion avait été causée par une moto piégée», a déclaré le porte-parole du gouverneur du Nangarhar, Attaullah Khogyani. Dix-huit personnes sont mortes et treize ont été blessées, a-t-il ajouté dans un nouveau bilan à la hausse. Le dernier faisait état de quinze morts et quatorze blessés.

«Toutes les victimes sont des civils», a ajouté M. Khogyani. L'attaque s'est produite vers 13h30 (10h00 en Suisse), durant les funérailles d'un ancien gouverneur du district de Haska Mina, décédé naturellement.

Violence de l'explosion

Sur la scène de l'attentat, des mares de sang témoignaient de la violence de l'explosion, tout comme une multitude de vêtements et de chaussures disséminés sur le sol. Un rickshaw était partiellement calciné dans le cimetière.

D'autres photos postées sur les réseaux sociaux montraient des corps gisant à terre, alors qu'un filet de fumée noir montait vers le ciel. Des participants aux funérailles, pour la plupart des hommes âgés, couraient, terrifiés, pour se protéger.

L'attaque intervient trois jours après un attentat suicide à Kaboul contre un centre culturel chiite, qui avait fait 41 morts et 84 blessés. Lui-même faisait suite à une attaque le jour de Noël contre une antenne des services de renseignements afghans de la capitale, dans laquelle six personnes avaient été tuées.

Le Nangarhar, dans l'est de l'Afghanistan, frontalier avec le Pakistan, est le bastion de l'Etat islamique, qui a revendiqué ces deux actions dans Kaboul. Arrivé en 2015 en Afghanistan, l'EI multiplie les attentats dans le pays, alors que les talibans, encore responsables du plus grand nombre de victimes, ont accru leur harcèlement contre les forces de sécurité.

2017, année meurtrière

L'année 2017 a été particulièrement meurtrière pour les civils afghans. Le nombre de victimes s'annonce parmi les plus élevés depuis la chute des talibans en 2001 et l'arrivée d'une coalition internationale menée par les Etats-Unis, partie en 2014.

Plus de 8000 civils ont été tués ou blessés du fait du conflit sur les neuf premiers mois de l'année, selon la mission de l'ONU en Afghanistan (Manua). Les 11'418 victimes - dont quelque 4500 tués - recensées en 2016 constituaient déjà un record depuis que l'ONU recense le pertes civiles en 2009. (ats/nxp)

Créé: 31.12.2017, 13h02

Articles en relation

Attentat à Kaboul: «Tout le monde hurlait et pleurait»

Afghanistan Au moins 41 personnes ont été tuées et 84 blessées jeudi près d'un centre culturel chiite dans un attentat revendiqué par l'EI. Plus...

Attentat suicide à Kaboul, l'EI revendique

Afghanistan Au moins six civils ont été tués lundi dans une attaque à la voiture piégée près d'un bureau des services de renseignements situé dans la capitale afghane. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Weinstein inculpé
Plus...