L'EI n'a jamais été vaincu, estiment des experts

Moyen-OrientDes rapports publiés par l'ONU et le Pentagone affirment que le groupe État islamique est toujours actif et qu'il dispose de milliers de combattants.

L'ONU estime que «l'EI s'adapte, se consolide et crée les conditions d'une éventuelle résurgence». (Photo d'illustration)

L'ONU estime que «l'EI s'adapte, se consolide et crée les conditions d'une éventuelle résurgence». (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie n'a pas été vraiment vaincu et sa résurgence, sous cette appellation ou une autre, n'est qu'une question de temps, préviennent officiels et experts.

Contredisant l'affirmation du président Donald Trump selon laquelle l'organisation djihadiste avait été défaite, de récents rapports de groupes de réflexion des Nations Unies mais aussi du Pentagone décrivent une organisation, certes privée d'assise territoriale et passée dans la clandestinité, mais toujours active, disposant de milliers de combattants, de millions de dollars et d'un réseau de propagande et de soutien mondial.

Dans un rapport intitulé «Ne parlez pas d'un retour : la persistance de l'État islamique», le cabinet d'analyse Soufan Center estime que «l'EI est bien vivant et en bonne santé en Irak et en Syrie». «Il est clair que l'EI est en mesure de maintenir son insurrection dans un avenir prévisible», écrit le Soufan Center. «Il n'est pas question de son retour en Irak et en Syrie : le groupe et ses membres n'en sont jamais partis».

La perte progressive des territoires qu'il contrôlait, face à une coalition internationale surpuissante, ne s'est pas accompagnée d'une fuite ou d'une démobilisation de ses combattants mais d'une dispersion, d'un passage à la clandestinité favorisés par la mauvaise gouvernance des zones libérées, le retrait partiel des forces américaines et les dissensions au sein de ses adversaires.

L'EI aurait repris ses activités en Syrie

Dans un rapport rendu public mardi, l'Inspecteur général du Pentagone estime que «même s'il a perdu son califat territorial, l'EI a renforcé ses capacités insurrectionnelles en Irak et a repris ses activités en Syrie ce trimestre».

L'EI a pu «regrouper et soutenir des opérations» dans ces deux pays en partie parce que les forces locales «restent incapables de maintenir des opérations à long terme, de conduire des opérations simultanément, ou de garder le territoire qu'elles ont libéré», ajoute-t-il.

Risque de résurgence

Dans un rapport datant de la mi-juillet, le Conseil de sécurité de l'ONU estime lui aussi que «l'EI s'adapte, se consolide et crée les conditions d'une éventuelle résurgence dans ses bastions en Irak et en Syrie». «Le processus est plus avancé en Irak, où son chef Abou Bakr al-Baghdadi et la plupart de ses dirigeants sont désormais basés», ajoutent les experts des Nations unies.

Il y a en Irak comme en Syrie des zones grises, mal contrôlées par les autorités dans lesquelles des cellules de l'EI ont pu se reconstituer, notent les auteurs de ces rapports. Ailleurs, des cellules clandestines ont recours aux assassinats ciblés, aux attentats, aux embuscades, au racket, aux menaces pour affaiblir leurs ennemis.

Une campagne de mise à feu des récoltes s'est déroulée cet été dans plusieurs régions, afin de miner l'autorité des pouvoirs locaux et de démontrer leur incapacité à contrôler et reconstruire les zones ravagées par la guerre.

Trésor de guerre de 400 millions de dollars

Détournant le slogan de l'EI, «Se maintenir et s'étendre», le groupe de réflexion Rand Corp. a titré son rapport, paru la semaine dernière, «Revenir et s'étendre ?».

Selon les experts de la Rand, qui ont étudié «les finances et les perspectives de l'État islamique après le Califat», le groupe pourrait encore disposer d'un trésor de guerre de plus de 400 millions de dollars, dissimulé sous une multitude de formes différentes et clandestines, en Syrie, en Irak et dans les pays voisins.

«Si l'EI prévoit un retour, comme nous pensons que c'est le cas, le groupe va s'en tenir aux recettes qui marchent : diversifier son portefeuille financier afin de disposer de financements fiables et stables», estime la Rand.

«Le groupe a déjà été donné pour vaincu», ajoutent ses experts. «Son talent pour se financer par des activités criminelles va se révéler utile : ses membres vont racketter, kidnapper, tuer, voler, trafiquer pour se procurer l'argent nécessaire à leur survie».

Dans une vidéo postée dimanche par son organe de propagande, la deuxième depuis sa défaite militaire en mars, l'EI a promis d'intensifier le «combat» contre la coalition dirigée par les Etats-Unis et ses alliés kurdes. «Le feu de la bataille entre nous et eux a été rallumé et va s'intensifier» menace l'EI, sur des images d'exécutions. (afp/nxp)

Créé: 14.08.2019, 16h16

Articles en relation

Un attentat de l'EI fait sept victimes

Mozambique Samedi, le groupe Etat islamique a revendiqué une attaque survenue dans le nord du Mozambique. Plus...

L'EI a perdu son califat, pas sa volonté de nuire

Syrie L'Etat islamique s'est lancé dans une campagne d'attentats visant à persuader les habitants qu'il n'existe aucune alternative viable à sa domination. Plus...

Après la fin du «califat», l'EI se replie

Afghanistan Le groupe Etat islamique a dû se replier en Afghanistan, après la fin de son règne en Syrie et en Irak. Des attaques pourraient être menées contre les Etats-Unis. Plus...

Le groupe État islamique revendique les attentats

Sri Lanka L'organe de propagande de Daech dit avoir été aux commandes des actes terroristes qui ont frappé l'île dimanche. Colombo a établi qu'il s'agissait de représailles aux tueries de Christchurch. Plus...

L'Etat islamique riposte et tue des fidèles du régime

Syrie Le groupe djihadiste a mené des attaques face au régime syrien et a fait près de 50 morts. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.