Le plan Trump fâche Calmy-Rey et d’autres ex-leaders

Israël-PalestineCinquante anciens dirigeants européens appellent à rejeter la solution américaine pour le règlement du conflit.

Cinquante noms d’anciens leaders européens s’opposent au plan américain pour le conflit israélo-palestinien.

Cinquante noms d’anciens leaders européens s’opposent au plan américain pour le conflit israélo-palestinien. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les ex-conseillères fédérales Micheline Calmy-Rey et Ruth Dreifuss, des ex-premiers ministres de l’Irlande, de la Norvège, de la Pologne, de l’Italie, mais aussi des ex-secrétaires généraux de l’OTAN: cinquante noms d’anciens leaders européens figurent au bas d’une lettre ouverte diffusée jeudi pour appeler les dirigeants actuels du Vieux-Continent à s’opposer au plan américain pour le conflit israélo-palestinien dévoilé en janvier. «Considérant l’urgence de la situation, nous appelons l’Europe à rejeter le plan américain comme base de négociations et à prendre des mesures immédiates et effectives pour contrer la menace d’une annexion», est-il écrit en anglais.

«Le plan contredit les paramètres convenus au niveau international pour le processus de paix au Moyen-Orient, les résolutions relevant de l’ONU [...] et les principes les plus fondamentaux du droit international. [...] Il permet l’annexion de parties étendues et vitales du territoire palestinien occupé et légitime et encourage l’activité de colonisation israélienne illégale. Il ne reconnaît les revendications que d’une seule partie concernant Jérusalem et n’offre pas de solution juste au problème des réfugiés palestiniens.»

Pour les signataires, la proposition du président des États-Unis Donald Trump ne revient en fait qu’à entériner la «réalité actuelle» dans «le territoire palestinien occupé», «au sein duquel deux personnes vivent côte à côte sans jouir des mêmes droits». «Une telle situation a des caractéristiques similaires à l’apartheid – un terme que nous n’utilisons pas à la légère.» Les anciens dirigeants ajoutent soutenir la position du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, qui a réaffirmé au début de février le soutien de l’UE à une solution à deux États basée sur les frontières de 1967.

C’est l’ONG israélienne Breaking the Silence qui est à l’initiative de cette prise de position publique. Cette organisation fondée par des soldats et vétérans de l’armée israélienne a pour objectif d’informer l’opinion sur les activités de l’État hébreu en territoire palestinien.

Créé: 27.02.2020, 07h03

Articles en relation

À quoi ressemblerait la Palestine de Trump

Proche-Orient Le président a twitté la carte d’un État palestinien... acceptable pour Israël. Plus...

Le «plan de paix» de Trump ravit Netanyahou

Le président donne le feu vert à Israël pour l’annexion des colonies juives. La vallée du Jourdain échapperait aussi au futur État palestinien. Plus...

Le «deal du siècle» de Trump sera-t-il un cadeau électoral à Netanyahou?

Israël Le président des États-Unis doit présenter ce mardi son fameux plan de paix, censé résoudre rien de moins que le conflit israélo-palestinien. Sans même convier… les Palestiniens Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...