Des moustiques contre la dengue et le zika à Rio

BrésilDes millions de moustiques porteurs d'une bactérie réduisant leur capacité à transmettre des virus ont été lâchés mardi à Rio dans l'espoir qu'ils se reproduisent.

Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des millions de moustiques Aedes aegypti porteurs d'une bactérie ont commencé à être lâchés mardi à Rio de Janeiro pour limiter la propagation des virus de la dengue, du zika et du chikungunya.

L'institut de recherches brésilien Fiocruz participe au programme «Eliminer la dengue» piloté par l'Australie, qui consiste depuis la fin 2016 à produire à grande échelle des moustiques porteurs de la bactérie wolbachia, commune chez les papillons, les libellules ou les araignées.

Fiocruz produit actuellement 1,6 million de ces moustiques chaque semaine à partir de larves importées d'Australie et espère atteindre les 3 millions hebdomadaires.

Empêcher de nouvelles épidémies

Les légions d'insectes sont lâchés avec l'espoir qu'ils vont se reproduire avec d'autres moustiques et leur transmettre cette bactérie, qui sera passée aux générations futures de moustiques. Ainsi, les scientifiques espèrent pouvoir empêcher de nouvelles épidémies telles celles du zika, qui a mis le Brésil en état d'alerte en 2015 -- une alerte seulement levée en mai dernier.

«Nous avons découvert que quand un moustique Aedes aegypti est porteur de la wolbachia, celle-ci réduit la capacité du moustique de transmettre des virus comme la dengue, le zika ou le chikungunya», a expliqué à l'AFP Luciano Moreiro, responsable du projet contre la dengue chez Fiocruz.

Après de premiers résultats encourageants en 2014, l'institut a commencé à lâcher des moustiques à Niteroi, près de Rio, et ce mardi sur la Ilha do Governador, dans le nord de la ville. Il projette de faire de même dans d'autres endroits de la Zone Nord et de la Zone Sud de la métropole de 6,5 millions d'habitants d'ici la fin 2018.

Pas de risque sanitaire

Ces moustiques ne présentent pas de risque sanitaire pour la population ni l'environnement, selon l'institut.

Le même programme, piloté par l'Université de Monash, dans le Queensland, en Australie, est également mis en oeuvre à Medellin (Colombie), Pondichéry (Inde), Yogyakarta (Indonésie) et Nha Trang (Vietnam).

Le Brésil est aux prises avec ce moustique porteur de ces trois virus, dont l'un, le zika, a entraîné la naissance de nombreux bébés microcéphales. L'épidémie de zika avait représenté une préoccupation sanitaire majeure alors que Rio s'apprêtait à accueillir les jeux Olympiques en août 2016 et des millions de touristes.

L'Aedes aegypti prolifère dans les villes autour des eaux stagnantes. Les spécialistes estiment que la bataille contre ces virus ne sera pas définitivement gagnée tant que des millions d'habitants s'entasseront dans des situations très précaires au plan sanitaire et du traitement des eaux. (afp/nxp)

Créé: 30.08.2017, 00h08

Galerie photo

Le virus Zika affole la planète

Le virus Zika affole la planète Le virus Zika se répand, après l'Amérique du Sud, dans le monde entier. Il est susceptible d'entraîner des malformations congénitales.

Articles en relation

Zika: malformations congénitales en hausse

Santé Les malformations congénitales liées au Zika sont vingt fois plus fréquentes par rapport à la période antérieure à l'épidémie. Plus...

Avancée dans la compréhension de Zika

CHUV Des chercheurs lausannois ont constaté que le virus Zika tend à disparaître du liquide amniotique. Plus...

Le CHUV passe le virus Zika à la loupe

Santé Une centaine de patientes ayant été exposées au virus sont d'ores et déjà inscrites dans le registre international Zika du CHUV. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...