Contre Moscou, Kiev recourt à la justice

ConflitL’Ukraine tente de convaincre la Cour de justice internationale que la Russie finance le terrorisme.

Le président ukrainien, Petro Poroshenko

Le président ukrainien, Petro Poroshenko Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La Russie empêche les citoyens ukrainiens de se sentir en sécurité, où que ce soit, dans leur propre pays.» «Le gouvernement russe soutient directement des groupes terroristes qui tuent des citoyens ukrainiens.» La plaidoirie est claire. Ce 6 mars, les avocats de la délégation ukrainienne à la Cour de justice internationale de l’ONU (CJI) sont venus à La Haye pour y chercher justice.

La première journée d’une longue série de plaidoyers pourrait marquer une première victoire de l’Ukraine afin de prouver l’implication de la Russie dans la guerre hybride qui se joue depuis 2014, à travers l’annexion de la Crimée et la guerre du Donbass. «Cette affaire nous montrera si le droit international peut s’élever contre des grandes puissances qui ne respectent pas le Droit et les droits de l’homme», espère Oleksiy Makeiev, directeur des affaires politiques au ministère ukrainien des affaires étrangères.

L’Ukraine accuse la Russie de violer deux conventions internationales. La première concerne «la répression du financement du terrorisme». Kiev estime que Moscou est responsable, directement ou indirectement, de violences dans l’est du pays ainsi que du crash du Boeing MH17, qui avait causé la mort de 298 personnes en juillet 2014. La deuxième convention violée porterait sur «l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale». L’Ukraine accuse la Russie de persécuter, entre autres, des Tatars de Crimée et des Ukrainiens.

En Ukraine, le début des plaidoiries est une bouffée d’air frais pour le président Petro Porochenko. Confronté à des «blocus citoyens» des routes commerciales avec les territoires séparatistes, il voit son autorité dans les négociations de paix malmenée par des manœuvres politiciennes. Dans un contexte de violences persistantes et meurtrières, il semble donc bienvenu pour l’Exécutif d’avoir une chance de défendre sa cause devant la communauté internationale. Les plaidoiries du 6 mars ont été très suivies en Ukraine.

En revanche, les chances de succès de l’Ukraine d’obtenir justice sont faibles dans le cadre de sa première plainte. L’usage du terme «terrorisme» ouvre la possibilité à la partie russe de jouer sur les termes, entre «terrorisme» et «séparatisme». La délégation russe a fait savoir qu’elle userait de «tous les moyens légaux possibles», notamment en mettant en cause la juridiction de la Cour de justice internationale.

Quand bien même l’Ukraine se verrait reconnue dans son droit, au terme d’une longue procédure, la CIJ «ne se prononcera pas sur l’usage de la force dans un pays souverain, ni sur l’annexion illégale de la Crimée, en raison des limites de ses compétences», explique le docteur Iryna Martchouk, de l’Université de Copenhague. «La Cour ne fournira pas les réponses que les Ukrainiens attendent vraiment.»

(TDG)

Créé: 06.03.2017, 21h59

Articles en relation

Le «plan de paix» qui fait craindre à Kiev un lâchage par les Etats-Unis

Un élu ukrainien a remis à l’avocat du président des Etats-Unis une enveloppe scellée censée faire tomber Porochenko. Plus...

«Si Kiev veut la guerre, je repartirai»

Est de l’Ukraine A Moscou, les anciens volontaires russes et ukrainiens engagés au Donbass restent prêts au combat. Rencontre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.