«Moscou doit éviter une escalade avec Ankara»

Crise syrienneLes Etats-Unis ont appelé à un cessez-le-feu mardi à Genève. Ils comptent sur la Russie pour «exercer son influence» auprès du régime syrien.

L'émissaire du département d'Etat américain sur la Syrie, Joel Rayburn.

L'émissaire du département d'Etat américain sur la Syrie, Joel Rayburn. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Etats-Unis demandent à la Russie «d'exercer son influence» auprès du régime syrien pour éviter une escalade avec la Turquie après les échanges de tirs entre l'armée syrienne et des milices pro-turques. Ils ont réclamé mardi à Genève un cessez-le-feu généralisé.

«La Russie doit exercer son influence pour ne pas permettre une recrudescence vers un nouveau conflit qui pourrait déstabiliser davantage le pays», a affirmé devant la presse l'émissaire du département d'Etat américain sur la Syrie Joel Rayburn. «Le moment est venu d'une désescalade», a-t-il ajouté quelques minutes avant l'arrivée au Palais des Nations du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Le Russe devait rencontrer l'émissaire de l'ONU Geir Pedersen et les ministres iranien Mohammad Javad Zarif et turc Mevlut Cavusoglu. Interrogé sur la date des premières patrouilles turques avec l'armée russe, le chef de la diplomatie turque s'est contenté de dire «pas de place pour les terroristes» en référence aux miliciens kurdes qui ont quitté la zone sécurité décidée dans le nord-est.

Vers un format politique

Joel Rayburn a relayé lui son appel à la veille de la première réunion du Comité constitutionnel syrien à Genève. Les Etats-Unis demandent aux parties au conflit à basculer vers un format politique. «Arrêtez de combattre et venez à Genève», a lancé ce responsable américain.

Ceux qui refusent devront en porter la «responsabilité» auprès des Syriens, a-t-il ajouté. Après le retrait américain du nord-est du pays qui a permis l'offensive turque contre les Kurdes syriens, il est aussi resté prudent sur l'absence de représentants du Conseil démocratique syrien au sein du Comité constitutionnel.

Reprenant la ligne générale de l'émissaire de l'ONU, il a expliqué que «les intérêts de toutes les communautés devaient être pris en compte» mais que son pays ne veut pas de quotas entre elles. Le Norvégien avait lui relevé que des Kurdes faisaient partie de chacun des trois blocs au sein du Comité constitutionnel. (ats/nxp)

Créé: 29.10.2019, 20h10

Articles en relation

«Le retrait des forces kurdes est terminé»

Syrie Moscou a annoncé que l'ensemble des troupes kurdes avaient quitté le nord de la Syrie mardi, avec un peu d'avance. Plus...

Le Comité constitutionnel syrien débute à l'ONU

Genève Cent cinquante représentants du gouvernement syrien et de l'opposition se réunissent dès mercredi à Genève pour ouvrir la voie à un règlement politique du conflit. Plus...

Premiers combats entre forces syriennes et turques

Offensive Des tirs d'artillerie des forces d'Ankara ont visé les troupes du régime de Damas. Une première depuis le début de l'offensive du 9 octobre dernier. Plus...

Le corps de Baghdadi a été immergé en mer

Syrie L'inhumation en mer du chef de l'EI, tué dimanche en Syrie lors d'une opération américaine, rappelle celle d'Oussama ben Laden. Plus...

Pluie de réactions après la mort de Baghdadi

Syrie Le décès du chef de l'EI a réjouit l'Arabie saoudite. La Turquie a quant à elle affirmé avoir prêté main forte aux Américains. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...