Passer au contenu principal

Guerre en SyrieMoscou annonce un cessez-le-feu

Les bombardements ont cessé dans le dernier grand bastion djihadiste en Syrie. Un accord a été signé entre les rebelles et l'armée d'Assad.

Une femme a été tuée dimanche par des tirs du régime dans la région d'Idleb. C'est la première victime civile plus de trois jours après le début d'une trêve annoncée par Damas. (Dimanche 4 août 2019)
Une femme a été tuée dimanche par des tirs du régime dans la région d'Idleb. C'est la première victime civile plus de trois jours après le début d'une trêve annoncée par Damas. (Dimanche 4 août 2019)
Trente-et-un combattants des forces prorégime ont été tués samedi dans l'explosion de munitions sur un aéroport militaire du centre de la Syrie. (Samedi 3 août 2019)
Trente-et-un combattants des forces prorégime ont été tués samedi dans l'explosion de munitions sur un aéroport militaire du centre de la Syrie. (Samedi 3 août 2019)
OSDH
Les Syriaques sont aisément reconnaissables avec le tatouage de leur foi.
Les Syriaques sont aisément reconnaissables avec le tatouage de leur foi.
Facebook @Syriac Military Council
1 / 31

Un cessez-le-feu a été conclu entre les forces gouvernementales et les combattants rebelles dans la province d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, l'ultime grand bastion djihadiste du pays, a annoncé l'armée russe. Ces dernières semaines, cette province était la cible de bombardements quasi quotidiens du régime de Bachar el-Assad et de son allié russe.

«A l'initiative de la partie russe, avec la médiation de la Turquie et de la Russie, un accord de cessez-le-feu a été conclu dans la zone de désescalade d'Idleb à partir du 12 juin à minuit», a indiqué le Centre russe pour la réconciliation des belligérants dans un communiqué publié mercredi soir. «En conséquence, une réduction significative du nombre de bombardements de la part des groupes illégaux a été constatée», poursuit le communiqué.

Cette poussée de violence, dans une région où vivent environ trois millions de personnes, a fait 360 morts civils depuis fin avril, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG basée à Londres. Depuis le début de la guerre en Syrie avec la violente répression de manifestations antigouvernementales en 2011, plus de 370'000 personnes ont été tuées et des millions déplacées.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.